Strict Standards: Redefining already defined constructor for class wpdb in /homepages/10/d212871047/htdocs/wp-includes/wp-db.php on line 52

Deprecated: Assigning the return value of new by reference is deprecated in /homepages/10/d212871047/htdocs/wp-includes/cache.php on line 36

Strict Standards: Redefining already defined constructor for class WP_Object_Cache in /homepages/10/d212871047/htdocs/wp-includes/cache.php on line 389

Strict Standards: Declaration of Walker_Page::start_lvl() should be compatible with Walker::start_lvl($output) in /homepages/10/d212871047/htdocs/wp-includes/classes.php on line 537

Strict Standards: Declaration of Walker_Page::end_lvl() should be compatible with Walker::end_lvl($output) in /homepages/10/d212871047/htdocs/wp-includes/classes.php on line 537

Strict Standards: Declaration of Walker_Page::start_el() should be compatible with Walker::start_el($output) in /homepages/10/d212871047/htdocs/wp-includes/classes.php on line 537

Strict Standards: Declaration of Walker_Page::end_el() should be compatible with Walker::end_el($output) in /homepages/10/d212871047/htdocs/wp-includes/classes.php on line 537

Strict Standards: Declaration of Walker_PageDropdown::start_el() should be compatible with Walker::start_el($output) in /homepages/10/d212871047/htdocs/wp-includes/classes.php on line 556

Strict Standards: Declaration of Walker_Category::start_lvl() should be compatible with Walker::start_lvl($output) in /homepages/10/d212871047/htdocs/wp-includes/classes.php on line 653

Strict Standards: Declaration of Walker_Category::end_lvl() should be compatible with Walker::end_lvl($output) in /homepages/10/d212871047/htdocs/wp-includes/classes.php on line 653

Strict Standards: Declaration of Walker_Category::start_el() should be compatible with Walker::start_el($output) in /homepages/10/d212871047/htdocs/wp-includes/classes.php on line 653

Strict Standards: Declaration of Walker_Category::end_el() should be compatible with Walker::end_el($output) in /homepages/10/d212871047/htdocs/wp-includes/classes.php on line 653

Strict Standards: Declaration of Walker_CategoryDropdown::start_el() should be compatible with Walker::start_el($output) in /homepages/10/d212871047/htdocs/wp-includes/classes.php on line 678

Deprecated: Assigning the return value of new by reference is deprecated in /homepages/10/d212871047/htdocs/wp-includes/query.php on line 21

Deprecated: Assigning the return value of new by reference is deprecated in /homepages/10/d212871047/htdocs/wp-includes/theme.php on line 507

Deprecated: Assigning the return value of new by reference is deprecated in /homepages/10/d212871047/htdocs/wp-content/plugins/dofollow.php on line 171

Warning: Cannot modify header information - headers already sent by (output started at /homepages/10/d212871047/htdocs/wp-includes/wp-db.php:52) in /homepages/10/d212871047/htdocs/wp-content/plugins/polls/polls.php on line 1088

Deprecated: Assigning the return value of new by reference is deprecated in /homepages/10/d212871047/htdocs/wp-content/plugins/simpletagging/simpletagging.php on line 49

Deprecated: Assigning the return value of new by reference is deprecated in /homepages/10/d212871047/htdocs/wp-content/plugins/tantan/tantan_reports.php on line 41

Deprecated: Assigning the return value of new by reference is deprecated in /homepages/10/d212871047/htdocs/wp-content/plugins/tantan/tantan_reports.php on line 44

Deprecated: Function ereg() is deprecated in /homepages/10/d212871047/htdocs/wp-content/plugins/tantan/tantan_reports.php on line 39

Deprecated: Function ereg() is deprecated in /homepages/10/d212871047/htdocs/wp-content/plugins/tantan/version-check.php on line 201

Strict Standards: Non-static method NAVT::wp_bootstrap() should not be called statically in /homepages/10/d212871047/htdocs/wp-content/plugins/wordpress-navigation-list-plugin-navt/app/navt.php on line 1743

Strict Standards: date(): It is not safe to rely on the system's timezone settings. You are *required* to use the date.timezone setting or the date_default_timezone_set() function. In case you used any of those methods and you are still getting this warning, you most likely misspelled the timezone identifier. We selected 'Europe/Berlin' for 'CEST/2.0/DST' instead in /homepages/10/d212871047/htdocs/wp-content/plugins/wp-db-backup.php on line 90

Strict Standards: call_user_func_array() expects parameter 1 to be a valid callback, non-static method NAVT::init() should not be called statically in /homepages/10/d212871047/htdocs/wp-includes/plugin.php on line 160

Strict Standards: Non-static method NAVT::install_check() should not be called statically in /homepages/10/d212871047/htdocs/wp-content/plugins/wordpress-navigation-list-plugin-navt/app/navt.php on line 112

Strict Standards: Non-static method NAVT::get_option() should not be called statically in /homepages/10/d212871047/htdocs/wp-content/plugins/wordpress-navigation-list-plugin-navt/app/navt.php on line 173
Histoire : les grandes dates de l'histoire normande communaute de noctambules
Warning: Creating default object from empty value in /homepages/10/d212871047/htdocs/wp-content/themes/dkret2/header.php on line 45

Deprecated: preg_replace(): The /e modifier is deprecated, use preg_replace_callback instead in /homepages/10/d212871047/htdocs/wp-includes/kses.php on line 446

Deprecated: preg_replace(): The /e modifier is deprecated, use preg_replace_callback instead in /homepages/10/d212871047/htdocs/wp-includes/kses.php on line 510

Deprecated: preg_replace(): The /e modifier is deprecated, use preg_replace_callback instead in /homepages/10/d212871047/htdocs/wp-includes/kses.php on line 511

Deprecated: preg_replace(): The /e modifier is deprecated, use preg_replace_callback instead in /homepages/10/d212871047/htdocs/wp-includes/kses.php on line 446

Deprecated: preg_replace(): The /e modifier is deprecated, use preg_replace_callback instead in /homepages/10/d212871047/htdocs/wp-includes/kses.php on line 510

Deprecated: preg_replace(): The /e modifier is deprecated, use preg_replace_callback instead in /homepages/10/d212871047/htdocs/wp-includes/kses.php on line 511

Deprecated: preg_replace(): The /e modifier is deprecated, use preg_replace_callback instead in /homepages/10/d212871047/htdocs/wp-includes/kses.php on line 446

Deprecated: preg_replace(): The /e modifier is deprecated, use preg_replace_callback instead in /homepages/10/d212871047/htdocs/wp-includes/kses.php on line 510

Deprecated: preg_replace(): The /e modifier is deprecated, use preg_replace_callback instead in /homepages/10/d212871047/htdocs/wp-includes/kses.php on line 511

Deprecated: preg_replace(): The /e modifier is deprecated, use preg_replace_callback instead in /homepages/10/d212871047/htdocs/wp-includes/kses.php on line 446

Deprecated: preg_replace(): The /e modifier is deprecated, use preg_replace_callback instead in /homepages/10/d212871047/htdocs/wp-includes/kses.php on line 510

Deprecated: preg_replace(): The /e modifier is deprecated, use preg_replace_callback instead in /homepages/10/d212871047/htdocs/wp-includes/kses.php on line 511

Deprecated: preg_replace(): The /e modifier is deprecated, use preg_replace_callback instead in /homepages/10/d212871047/htdocs/wp-includes/kses.php on line 446

Deprecated: preg_replace(): The /e modifier is deprecated, use preg_replace_callback instead in /homepages/10/d212871047/htdocs/wp-includes/kses.php on line 510

Deprecated: preg_replace(): The /e modifier is deprecated, use preg_replace_callback instead in /homepages/10/d212871047/htdocs/wp-includes/kses.php on line 511

Deprecated: preg_replace(): The /e modifier is deprecated, use preg_replace_callback instead in /homepages/10/d212871047/htdocs/wp-includes/kses.php on line 446

Deprecated: preg_replace(): The /e modifier is deprecated, use preg_replace_callback instead in /homepages/10/d212871047/htdocs/wp-includes/kses.php on line 510

Deprecated: preg_replace(): The /e modifier is deprecated, use preg_replace_callback instead in /homepages/10/d212871047/htdocs/wp-includes/kses.php on line 511

Strict Standards: mktime(): It is not safe to rely on the system's timezone settings. You are *required* to use the date.timezone setting or the date_default_timezone_set() function. In case you used any of those methods and you are still getting this warning, you most likely misspelled the timezone identifier. We selected 'Europe/Berlin' for 'CEST/2.0/DST' instead in /homepages/10/d212871047/htdocs/wp-includes/functions.php on line 14

Strict Standards: date(): It is not safe to rely on the system's timezone settings. You are *required* to use the date.timezone setting or the date_default_timezone_set() function. In case you used any of those methods and you are still getting this warning, you most likely misspelled the timezone identifier. We selected 'Europe/Berlin' for 'CEST/2.0/DST' instead in /homepages/10/d212871047/htdocs/wp-includes/functions.php on line 23

Strict Standards: date(): It is not safe to rely on the system's timezone settings. You are *required* to use the date.timezone setting or the date_default_timezone_set() function. In case you used any of those methods and you are still getting this warning, you most likely misspelled the timezone identifier. We selected 'Europe/Berlin' for 'CEST/2.0/DST' instead in /homepages/10/d212871047/htdocs/wp-includes/functions.php on line 25

Strict Standards: date(): It is not safe to rely on the system's timezone settings. You are *required* to use the date.timezone setting or the date_default_timezone_set() function. In case you used any of those methods and you are still getting this warning, you most likely misspelled the timezone identifier. We selected 'Europe/Berlin' for 'CEST/2.0/DST' instead in /homepages/10/d212871047/htdocs/wp-includes/functions.php on line 27

Strict Standards: date(): It is not safe to rely on the system's timezone settings. You are *required* to use the date.timezone setting or the date_default_timezone_set() function. In case you used any of those methods and you are still getting this warning, you most likely misspelled the timezone identifier. We selected 'Europe/Berlin' for 'CEST/2.0/DST' instead in /homepages/10/d212871047/htdocs/wp-includes/functions.php on line 28

Strict Standards: mktime(): It is not safe to rely on the system's timezone settings. You are *required* to use the date.timezone setting or the date_default_timezone_set() function. In case you used any of those methods and you are still getting this warning, you most likely misspelled the timezone identifier. We selected 'Europe/Berlin' for 'CEST/2.0/DST' instead in /homepages/10/d212871047/htdocs/wp-includes/functions.php on line 14

Strict Standards: date(): It is not safe to rely on the system's timezone settings. You are *required* to use the date.timezone setting or the date_default_timezone_set() function. In case you used any of those methods and you are still getting this warning, you most likely misspelled the timezone identifier. We selected 'Europe/Berlin' for 'CEST/2.0/DST' instead in /homepages/10/d212871047/htdocs/wp-includes/functions.php on line 23

Strict Standards: date(): It is not safe to rely on the system's timezone settings. You are *required* to use the date.timezone setting or the date_default_timezone_set() function. In case you used any of those methods and you are still getting this warning, you most likely misspelled the timezone identifier. We selected 'Europe/Berlin' for 'CEST/2.0/DST' instead in /homepages/10/d212871047/htdocs/wp-includes/functions.php on line 25

Strict Standards: date(): It is not safe to rely on the system's timezone settings. You are *required* to use the date.timezone setting or the date_default_timezone_set() function. In case you used any of those methods and you are still getting this warning, you most likely misspelled the timezone identifier. We selected 'Europe/Berlin' for 'CEST/2.0/DST' instead in /homepages/10/d212871047/htdocs/wp-includes/functions.php on line 27

Strict Standards: date(): It is not safe to rely on the system's timezone settings. You are *required* to use the date.timezone setting or the date_default_timezone_set() function. In case you used any of those methods and you are still getting this warning, you most likely misspelled the timezone identifier. We selected 'Europe/Berlin' for 'CEST/2.0/DST' instead in /homepages/10/d212871047/htdocs/wp-includes/functions.php on line 28

Deprecated: preg_replace(): The /e modifier is deprecated, use preg_replace_callback instead in /homepages/10/d212871047/htdocs/wp-content/plugins/polls/polls.php on line 568

Deprecated: preg_replace(): The /e modifier is deprecated, use preg_replace_callback instead in /homepages/10/d212871047/htdocs/wp-content/plugins/polls/polls.php on line 577

Deprecated: preg_replace(): The /e modifier is deprecated, use preg_replace_callback instead in /homepages/10/d212871047/htdocs/wp-includes/formatting.php on line 74

DE LA CONQUETE DE LA NORMANDIE PAR LES VIKINGS AU DEBARQUEMENT DU 6 JUIN 1944.

trait___de_St_Clair_sur_Epte.JPG

LE TRAITE DE SAINT-CLAIR-SUR-EPTE DONNE NAISSANCE A LA NORMANDIE (911)

Incapable de rejeter un ennemi qui lui-même s’essouffle, l’Empire carolingien se résigne à accorder une place aux Vikings. Née d’une lassitude mutuelle, la Normandie, en quelques décennies, devient l’une des premières principautés du royaume franc.

Après les phases de pillage et de rançonnement, il était logique que les Vikings songeassent à s’établir en colonisant un territoire propre. Des tentatives en ce sens ont déjà été esquissées au IXème siècle en Frise et sur le Bas-Rhin ; d’autres le seront autour de Nantes. Mais la seule qui réussira est celle qui, en 911, donne naissance à la Normandie. Après quelques années d’accalmie, pendant lesquelles ils ont attaqué les îles britanniques, les Vikings réapparaissent au début du IXème siècle, en particulier sur la Seine. Une troupe importante, commandée par un certain Rolf-plus connu sous le nom de Rollon-, jarl norvégien à la tête d’une armée danoise, remonte l’Eure en 910 pour faire le siège de Chartres. En vain, car le duc de France, Robert ainsi que le duc de Bourgogne, Richard le Justicier, obligent les pirates à partir. Rollon et ses hommes se replient sur leurs bases de la Seine, sans avoir atteint leur objectif, mais aussi sans avoir été défaits. De part et d’autre, on est las de ces luttes incessantes. Les Vikings parce que la résistance franque est de plus en plus forte, et le butin d’autant plus maigre. Les Francs parce qu’ils n’arrivent pas à venir radicalement à bout de bandes qui se renouvellent sans cesse. En pareilles circonstances, les Romains avaient jadis partiqué systématiquement le système des “fédérés”, qui consistait à accueillir et installer un peuple barbare, à charge pour lui d’interdire la venue d’autres barbares. Des négociations sont ouvertes avec Rollon, qui aboutissent en 911 au traité de Saint-Clair-sur-Epte. Rollon reçoit un territoire situé entre l’Epte, la Bresle, l’Avre et sans doute la Dives, soit en gros la Haute-Normandie. Il s’engage en outre à recevoir le baptême.

tapisseriebayeux11_1.jpg

GUILLAUME DEVIENT ROI D’ANGLETERRE (1066)

En devenant roi d’Angleterre en 1066, Guillaume donne à la Normandie une dimension nouvelle et crée, à cheval sur la Manche, un Empire anglo-normand.

Héritier légitime ou usurpateur ? Guillaume partant à l’assaut de l’Angleterre n’aurait pas aimé ce surnom de “conquérant” qui sera désormais attaché à son nom. C’est qu’il estime avoir plus de droits que quiconque sur la succession du trône anglais. Ces droits passent par une bien curieuse figure : la reine Emma, fille du duc de Normandie Richard Ier, et donc grand-tante de Guillaume. Emma a été mariée en 1002 au roi d’Angleterre Ethelred II, qui a tenté pendant des années de défendre son royaume contre les Danois. En vain puisque Sven, puis Cnut le Grand (1016-1035) s’en emparent et coiffent la couronne. Mais qu’importe pour Emma : veuve d’Ethelred, elle épouse le nouveau roi danois Cnut, son cadet de quinze ans, tandis que ses fils du premier lit, Edouard et Alfred, doivent se réfugier en Normandie. De son nouveau mariage, elle a un fils, Harthacnut, qui devient roi d’Angleterre en 1040. Elle voue à ses deux fils du premier lit une haine farouche, et a peut-être une part de responsabilité dans la mort tragique de l’un d’eux, Alfred, revenu imprudemment en Angleterre. Mais Harthacnut n’a pas les mêmes préventions, et, étant sans héritier, c’est lui qui rappelle son demi-frère Edouard en 1042, malgré l’hostilité de leur mère commune qui milite pour Magnus de Norvège. Guillaume est un petit cousin de cet Edouard. Plus proche parent pourtant est Edgard, petit-neuveu d’Edouard et descendant d’Ethelred II. Mais il est très jeune en 1066 et a été élevé en Hongrie nul ne songera à lui. Restent Sven Estrithsen, roi de Danemark, neveu de Cnut le Grand par sa mère Estrith, et Harald Hardrada, roi de Norvège, qui allègue un vieil accord de succession passé jadis avec Harthacnut, mais ils sont bien loin. Au demeurant, les règles de la succession au trône d’Angleterre sont encore floues : il faut pour devenir roi faire partie de la famille royale, sans être reconnu par les grands.

LA NORMANDIE EST RATTACHEE A LA FRANCE (1204)

philippe_auguste.jpg

Le rattachement de la Normandie au domaine royal capétien et, par conséquent, la fin de l’Empire anglo-normand, étaient, quoi qu’on en aitpu dire, inscrits dans l’histoire et la géographie.

Richard Coeur de Lion disparu en 1199, le roi de france Philippe Auguste, qui ne rêvait que du démentèlement de l’Empire angevin, n’avait plus en face de lui qu’un prince lâche, cruel et pusillanisme, Jean sans Terre. Si Philippe l’avait utilisé naguère contre Richard, il ne songeait plus désormais qu’à le dépouiller. L’occasion allait lui venir du Poitou, et d’une habile exploitation du droit féodal. Depuis plusieurs années, la maison de Lusignan, trés importante en Aquitaine, s’oppose à celle d’Angoulême pour la possession du comté de la marche. En 1200, on a pu croire que le roi Jean, en tant que duc d’Aquitaine, avait trouvé la solution en attribuant la Marche à Hugues IX de Lusignan, à la condition qu’il épouse l’héritière d’Angoulême, Isabelle. Mais, venu en personne sceller cette paix, le roi Jean tombe amoureux des quatorze printemps d’Isabelle, l’enlève et l’épouse ! Les Lusignan, qui s’estiment outragés, portent l’affaire devant Philippe Auguste, en tant que seigneur de Jean pour l’Aquitaine. Depuis quelques décennies, en effet, le droit féodal admet qu’on puisse en appeler au suzerain (le seigneur du seigneur) pour un déni de justice, et donc que le roi puisse écouter ses arrière-vassaux, sans tenir compte de leur prince. Philippe Auguste comprend qu’il tient là un motif d’intervention : il prend fait et cause pour les Lusignan, et somme Jean à comparaître. Ce dernier, ayant naturellement “fait défaut”, est frappé de la plus sévère des sanctions féodales : la commise ou confiscation de tous ses fiefs français !

La Normandie quant à elle avait toujours appartenu au royaume de France, dont aucun obstacle naturel ne la séparait, et avec laquelle elle partageait une communauté de langue et de culture. Dans l’ensemble anglo-normand, démesurément agrandi des Etats de Plantagenêt, la Normandie n’avait plus, vers 1200,un rôle pilote. A terme, ne serait-elle pas devenue pour l’Angleterre une sorte de terre coloniale, malgré son passé prestigieux ? Quoi qu’il en soit, les Normands accepteront facilement le rattachement de leur duché au domaine capétien. Las sans doute des guerres continuelles, et des levées d’impôts qui les accompagnent, ils n’opposent, en 1204, qu’une résistance de principe. ¨Paysans, bourgeois des villes et ecclésiastiques se rallieront sans difficulté au roi de France. A peine plus rétive se montrera la noblesse normande, une fois coupée de ses domaines anglais.

LA CHARTE AUX NORMANDS (1315)

grand_coutumier_de_normandie.jpg

La Charte aux Normands, accordée par Louis X en 1315, semble consacrer le particularisme de la province et mettre les Normands à l’abri de l’arbitraire royal. Mais les textes ne valent guère que par l’application qu’on en fait…

Dès Philippe V le Long, les appels judiciaires vers paris reprennent de plus belle. Quant aux nouveaux impôts, la guerre de Cent Ans toute proche va les voir se multiplier, la guerre créant à l’évidence un état de “nécessité”. Même si tous les souverains jusqu’à Henri II confirment la Charte aux Normands, personne ne songe à l’appliquer. Bientôt même, sous Louis XIV, la monarchie ne la connaîtra plus que par la formule négative qu’elle insère dans ses ordonnances : “nonobstant la charte normande et la clameur de haro” ! En 1680, le Châtelet de Paris n’hésitera pas à se moquer des Normands qui, lors d’un procès, ont allégué “un titre imaginaire, qu’ils appelaient charte normande, et qu’encore ils ne montraient pas” ! En 1740, le jurisconsulte Froland, se rendant à l’évidence, comparera la charte ” à ces vieils drapeaux du régiment qui, par leur vétusté et la multiplicité des attaques et des coups qu’on leur a portés dans les combats où ils ont paru, sont en morceaux et tellement défigurés qu’il n’y reste aucun vestige de leur ancien état”. Pourtant, encore en 1789, il se trouvera quelques rédacteurs de cahiers de doléances pour souhaiter le rétablissement des “chartes conservatrices” de la province ! Comme si la vieille charte de 1315 pouvait encore résoudre les problèmes de l’heure ! Malgré ce destin assez triste, la Charte aux Normands souligne bien la place originale tenue par la province en ce début du XIV ème siècle et l’attachement porté par les Normands à leurs privilèges traditionnels.

GODEFROI D’HARCOURT MENE LES ANGLAIS EN NORMANDIE (1346)

godefroi_d__harcourt.jpg

En 1337, commence entre la France et l’Angleterre un conflit appelé à durer plus de cent ans. La Normandie en sera, pour son malheur, l’un des théâtres privilégiés.

Débarqué à Saint-Vaast-la-Hougue le 11 juillet 1346, Edouard III d’Angleterre traverse la Normandie en allant de succés en succés. S’étant aisément emparé de Saint-Lô, “qui pour le temps étoit bonne ville riche et marchande”, il prend Caen dès le 26 juillet et s’y empare d’un énorme butin. Puis il traverse le pays d’Evreux, franchit la Seine, et, contraint d’accepter le combat, écrase les troupes françaises à Crécy (26 août). Tout au long de cette chevauchée victorieuse, les Anglais sont guidés et conseillés par l’un des premiers parmi les barons normands, Godefroi d’Harcourt, qui a persuadé Edouard III de débarquer dans le Cotentin, nous dit Froissart, en lui faisant miroiter la richesse de la contrée. “Sire, le pays de Normendie est l’un des plus gras du monde […]. Et y trouverez grosses villes batices, où vos gens auront… grand proufit.”

LA FIN DE LA CONQUETE DE LA NORMANDIE PAR LES ANGLAIS (1419)

guerre_de_cent_ans.jpg

A la différence des chevauchées du XIVème siècle, c’est à une conquête méthodique de la province que se livre Henri V entre 1417 et 1419.

Entre 1380 et 1415, la guerre entre la France et l’Angleterre était entrée en sommeil. Mais voici qu’Henri V reprend à son compte les prétentions de ses prédécesseurs, et débarque à Harfleur en septembre 1415. Quelques semaines plus tard, le 25 octobre, il écrase l’armée française à Azincourt, en suivant la tactique qui a déjà valu aux Anglais les victoires de Crécy et de Poitiers. L’élite de la noblesse française, victime de ses charges aussi braves qu’inconsidérées, reste sur le terrain. Parmi les noms, figurent beaucoup de Normands.

LA BATAILLE DE FORMIGNY BOUTE LES ANGLAIS HORS DE NORMANDIE (1450)

bataille_de_formigny.jpg

L’occupation anglaise en Normandie, qui durait depuis 1418-1419, prend fin à Formigny (Calvados), le 15 avril 1450. En renonçant enfin aux grandes charges de cavaliers, les Français remportent une victoire décisive.

Depuis que Jeanne d’Arc a rendu à Charles VII fierté et courage, les positions anglaises en France, et même en Normandie, sont allées en se dégradant. Depuis 1435, les Anglais, privés de l’alliance bourguignonne, sont sur la défensive. Dieppe, Paris, sont redevenus français, et les trêves de Tours, en 1446, consacrent un net rétrécissement d’influence du roi d’Angleterre : encore solidement accroché à la Normandie, il a perdu partout ailleurs la plupart de ses appuis. Outre-Manche, on commence à se désintéresser d’une guerre qui ne rapporte plus guère et on limite les envois de subsides. Mal payés, les soldats anglais deviennent souvent pillards, et leurs exactions accroisent l’hostilité des Normands. Pour Charles VII, qui a eu fil des ans solidement réorganisé son administration et son armée, l’heure peut sembler propice pour entamer l’épisode final.

LA PREMIERE GUERRE DE RELIGION SECOUE TRES DUREMENT LA NORMANDIE (1562)

th__odore_de_b__ze.jpg

Les événements de 1562 vont révéler un protestantisme solidement implanté en Normandie, au point de faire de la province l’un des hauts lieux du calvinisme.

On a souvent noté combien il est paradoxal qu’une terre aussi traditionnellement méfiante devant la nouvauté se soit jetée avec tant de fougue dans la Réforme. Assez éloignés des expériences mystiques, d’une religion un peu formaliste, attachés aux rites, les Normands avaient-ils plus conscience que d’autres des désordres du clergé et de son absentéisme ? Globalement plus alphabétisée que d’autres provinces, la Normandie fut-elle séduite par la lecture des Ecritures en langue vulgaire ? D’un autre côté, la dévotion que depuis toujours les Normands portaient à la Sainte Vierge dut en retenir plus d’un. Quoi qu’il en soit, malgré les condamnations réitérées et les exécutions, la Réforme a fait en Normandie de rapide progrès. La noblesse de la Basse-Normandie, la bourgeoisie des villes, les zones d’industrie textile penchent de son côté. Vers 1560, de nombreuses églises sont organisées, avec consistoire et synodes, souvent sous l’autorité de pasteurs venus de Genève.

POUR HENRI IV, LE CHEMIN DU TRONE PASSE PAR LA NORMANDIE (1590)

henriIV.jpg

Paradoxalement, la Normandie, qui avait embrassé la Réforme avec ferveur, sera aussi l’une des provinces à s’opposer le plus longtemps à Henri IV.

La mort par assassinat d’Henri III, le 2 août 1589, donne le trône au huguenot Henri de Navarre. Encore faut-il qu’il vienne à bout de la Ligue, mouvement catholique pour lequel un roi de France protestant est une chose inconcevable. Il faudra plusieurs années à Henri IV pour s’imposer, notamment à ses sujets de Haute-Normandie. La Normandie avait embrassé les nouveautés religieuses avec passion. Pourtant le protestantisme y est en décrue rapide depuis 1570 environ. Volontiers réformateurs tant que le royaume tout entier était en passe de le devenir, les Normands, par respect pour l’ordre, refusent l’idée d’un schisme quand il apparaît clairement que la France restera catholique. Dès lors, les rangs des Réformés s’éclaircissent rapidement. Mieux, la Ligue trouve en Normandie des partisans zélés. A Rouen, en praticulier, les ligueurs s’emparent du pouvoir les 5-6 février 1589 : “un conseil de l’union” y gouverne en collaboration avec le parlement, et ceci pour près de six années. En schématisant, la Basse-Normandie, à l’exception de Falaise, accepte facilement le nouveau roi. La Haute-Normandie est à conquérir. Henri IV s’y emploiera.

LA REVOLTE DES NU-PIEDS EST NOYEE DANS LE SANG (1639)

r__volte_des_nupieds.jpg

La révolte concomitante des sauniers de l’Avranchin et des artisans de Rouen n’a jamais vraiment menacé le pouvoir central. Elle fera pourtant l’objet d’une impitoyable répression.

La Normandie connaîtra, en 1639, des “émotions populaires” d’une ampleur exceptionnelle, dans lesquelles on serait tenté de voir l’expression violente d’un attachement aux spécificités normandes, voire d’un indépendantisme tardif. Le poids de la fiscalité royale et le mécontentement qui en découle semblent pourtant, dans un contexte de peste endémique, le premier moteur de la crise. Malgré les vers optimistes du Caennais Malherbe, qui avait vu dans le règne de Henri IV le début d’un nouvel âge d’or ( ” la moisson de nos champs lassera les faucilles, et les fruits passeront la promesse des fleurs “ ), le XVII ème siècle naissant est plus marqué par la misère que par la prospérité. En dépit de la charte de 1315 et des Etats de Normandie, la province doit acquitter le quart des impôts du royaume, quand sa population ne représente que le septième des Français ! Et voici qu’avec la guerre contre l’Espagne, déclarée en 1635, la pression fiscale déjà très forte se multiplie en qulques années par trois ! Tailles, emprunts forcés sur les villes et sur les officiers, ” impôt de la subsistance “, taxes diverses s’abattent sur des contribuables déjà exsangues. Une étincelle suffira pour faire exploser la colère.

LA REVOCATION DE L’EDIT DE NANTES PRIVE LA NORMANDIE D’UNE PARTIE DE SES ELITES. (1685)

r__vocation_edit_de_nantes.jpg

Si le nombre des réformés avait beaucoup décru au cours du siècle, leur départ assez massif après 1685 n’en demeure pas moins un coup dur porté à l’économie normande.

La Réforme avait trouvé en Normandie un terreau très favorable, en particulier dans la petite noblesse et la bourgeoisie des villes, les paysans dans leur ensemble étant resté à l’écart du mouvement. Pourtant, malgré la tolérance religieuse instituée par l’édit de Nantes en 1598, le nombre des protestants n’allait cesser de décroître au cours du XVIIème siècle. Sur encviron 20 000 habitants, l’Eglise de Caen passe de 7 000 à 4 000 fidèles en quelques décennies, et on retrouve la même décrue partout, par conversions spontanées.Outre que la noblesse normande a très vite abandonné la Réforme, tout se passe comme si les Normands supportaient mal d’appartenir à une minorité, même officiellement reconnue.

Le climat de tolérance se dégrade

Depuis 1598, les deux communautés, très inégales, vivent dans une paix tout à l’honneur des vertus normandes de tolérance et de modération. Paix qui n’exclut pas toutefois quelques aventures armées, comme celle que mène, en 1621, le poète huguenot Montchrestien, allié des Rochelais, et qui s’achève par sa mort au combat près de Domfront, non plus que quelques incidents entre fidèles des deux bords. Si un Daniel Huet, futur évêque d’Avranches, entretient les relations les plus courtoises avec le pasteur caennais Samuel Bochart, il arrive qu’un réformé trop zélé se gausse au passage d’une procession, ou qu’un prédicateur catholique incite ses ouailles à marcher contre les “religionnires” ! Le parlement de Rouen, souvent plus mal inspiré, veille alors au respect des droits de chacune des deux communautés. A la veille de la révocation, il subsiste en Normandie environ 50 000 réformés, sans doute moins de 5 % de la population. Ils sont surtout nombreux à Rouen, Dieppe, Caen, Le Havre, Alençon et se recrutent principalement parmi les bourgeois et artisans des villes. En avançant dans le siècle, le climat de toléranse se dégrade. Voici le parlement de Rouen qui devient tatillon et multiplie les petites vexations contre les huguenots ; voici qu’on ferme des temples soi-disant non autorisés par l’édit ; voici que certains métiers sont interdits aux réformés ! Finalement, la révocation proprement dite, en octobre 1685, vient seulement parachever une lutte déjà largement victorieuse menée par le Parlement contre les Réformés normands, avec l’appui des fonctionnaires royaux et le soutien de l’opinion publique ! Sommés d’abjurer, beaucoup de protestants s’y résignent, avec des sincérités évidemment fluctuantes. Les actes d’abjuration sont nombreux, partout en Normandie, souvent insérés dans les registres d’état-civil en novembre 1685. Mais la proximité des côtes fait qu’en Normandie plus qu’ailleurs, les protestants s’exilent, vers les îles anglo-normandes, l’Angleterre, la Hollande et les Etats allemands. Leur départ est, pour la province, un appauvrissement notable, moins pour leur poids démographique que pour la somme de talents dont des villes comme Rouen ou Caen se trouvent ainsi privées.

LA NAISSANCE DE LA NORMANDIE DES 5 DEPARTEMENTS (1789-1790)

normandie_1789.jpg

La division de la Normandie en départements, si elle ne se fait pas sans discussions et contestations, laisse intactes les limites provinciales et n’est pas aussi novatrice qu’il y paraît.

L’assemblée constituante ne pouvait faire l’économie d’une réforme administrative, la sédimentation des subdivisions au cours des siècles ayant abouti à une telle situation de confusion que, selon le mot de Thouret, “l’habitude seule pouvait la rendre tolérable”. Ecoutons à ce sujet le normand Tocqueville, dans son livre l’Ancien Régime et la Révolution : “Il y avait en France […] toutes sortes de pouvoirs qui variaient à l’infini, suivant les provinces, et dont aucun n’avait de limites fixes et bien connues, de telle sorte que le champ d’action de chacun d’eux était toujours commun à plusieurs autres.” En Normandie, si le cadre principal était constitué par les trois généralités, divisées en “élections” avec un subdélé, ces entités n’avaient fait disparaître ni les bailliages, ni les diocèses, auxquels s’ajoutaient les greniers à sel, les maîtrises des eaux et forêts, etc. Mieux, on avait en 1787, créé des assemblées provinciales, de Haute, de Basse et de Moyenne-Normandie, et on avait introduit à cette occasion des mots appelés à faire fortune sous un autre sens : les départements, divisions des généralités, et les arrondissements, cadre électoral de base. Ainsi, et à titre d’exemple, la généralité de Caen était divisée en 9 “départements”, dont celui de Bayeux, lui-même divisé en 4 “arrondissements” : Saint-Vigor-le-Grand, Balleroy, Trévières et Isigny. Mais, n’ayant rien supprimé, ce nétait qu’un motif supplémentaire de complexité. Le principe d’une division uniforme et entièrement nouvelle du territoire ayant été adopté, l’Assemblée décida sagement que les départements seraient créés par division des anciennes provinces, et donc sans qu’aucune puisse chevaucher deux provinces. Ensuite, les députés de chaque ensemble provincial furent invités à présenter des propositions de découpage. Les députés normands y allaient travaillé avec zéle puisque, en dépit des contestations et pétitions, la tâche était achevée à la fin de février 1790. On lit souvent qu’ils avaient opéré lentement ! Que dirait-on de l’actuelle constitution des “pays” et des communautés de communes, qui demande souvent plusieurs années !

LE DUC DE BERRY TRAVERSE EN TRIOMPHE LA NORMANDIE (1814)

charles_ferdinand_de_berry.jpg

Dans une normandie peu attachée à l’empire, le retour des Bourbon est salué par de grandes manifestations de liesse.

Il semble que les Normands se soient vite détournés d’un régime qu’ils avaient accueilli avec joie lorsqu’il signifiait la fin des tempêtes de la Révolution. Même si la province a fourni à l’Empire un nombre conséquent de généraux, de Valhubert (mort à Austerlitz) à Decaen, en passant par Moulins, Briqueville, Le Marois, et plusieurs autres, les Normands sont de plus en plus rétifs aux levées et conscriptions. On enregistre des milliers de réfractaires ou de déserteurs, au point que, dans le Calvados, l’énergique préfet Méchin en arrive à ordonner “l’incarcération des pères et mères” ! En 1814, lors de la levée des gardes nationaux, la désertion est presque générale. C’est ainsi que, sur les hommes venus de Vire, il n’en reste que 37 en arrivant à Lisieux ! Dans l’Eure, sur les 1946 conscrits de la classe 1814, 200 ne rejoignent pas Evreux le jour fixé, et 126 autres disparaissent dès les premiers jours. Par ailleurs, la crise économique, en partie due au blocus continental, a frappé profondément la Normandie, au point de provoquer, en 1812, des émeutes de disette, qui sont durement réprimées : à Caen, plusieurs condamnations à mort pour quelques carreaux cassés à la préfecture ! On comprend que l’Empereur, en voyage vers Cherbourg la même année, ait été fraîchement reçu à Caen. L’année suivante, à Rouen, on peine à rassembler les jeunes filles qui doivent remettre des bouquets à l’impératrice en visite.

DUMONT D’URVILLE DECOUVRE LA TERRE ADELIE (1840)

dumont_d__urville.jpgdumont1.jpg

Dans la tradition des navigateurs du XVIII ème siècle, Dumont d’Urville ne veut pas distinguer explorations et sciences. Par ses découvertes, il est bien dans la lignée des Vikings, même si ses liens avec sa Normandie natale semblent s’être assez vite distendus.

Jules-Sébastien-César Dumont d’Urville nait à Condé-sur-Noireau, dans le tout jeune département du Calvados, le 23 mai 1790. Son père, de bonne noblesse, a exercé toute sa vie la fonction de bailli de justice dans cette localité, comme avant lui ses ancêtres, qui avaient acheté cette charge en 1689. Sa mère, née de Croisilles, montre un fort caractère ; son mari ayant été appelé à comparaître devant le tribunal révolutionnaire de Caen en 1793, c’est elle qui assure sa défense et sauve sa tête. Veuve en 1797, elle quitte Condé pour aller demeurer à Feuguerolles-sur-Orne (canton d’Evrecy). C’est là que le petit Jules commence ses études clasiques, sous la férule de son oncle, l’abbé de Croisilles, prêtre insermenté qui mourra vicaire général de Bayeux. A 12 ans, il entre au collège de Bayeux. On raconte que sonn examen d’admission fut “une véritable thèse de philosophie en latin”, et le fit couvrir d’applaudissements. Puis il entre au collège impérial de Caen, où se confirment ces excellentes dispositions. Très doué pour les langues, Dumont d’Urville, outre le latin et le grec, tâtera de l’hébreu, de l’anglais, du russe, mais encore du chinois et, plus tard, de nombreux idiomes asiatiques et océaniens ! Mais il sera tout aussi performant en botanique, en entomologie, en mathématique et en histoire ancienne ! Comment s’étonner qu’il entre facilement à l’école navale de Brest et en sorte enseigne de vaisseau en 1812 ? Désormais, sa vie s’écoulera pour l’essentiel loin de sa Normandie natale, à l’exception de courts séjours entre deux embarquements, le dernier en 1833 pour les obsèques de sa mère. De 1837 à 1840, c’est enfin le prodigieux voyage de l’Astrolabe et de la Zélée, qui s’achève par la découverte de la Terre-Adélie (du nom de sa femme). Le retentissement est immense : Dumont d’Urville est désormais un héros national. Il décède le 08 mai 1842 dans des conditions atroces dans son wagon en feu lors du déraillement du train entre Montparnasse et Versailles.

LES NORMANDS CONTRE LES PRUSSIENS (1870-1871)

guerre_1870_1.jpgguerre_1870_2.jpg

On ignore trop souvent que la Normandie a été le théâtre de nombreuses batailles contre les Prussiens au cour de la guerre de 1870.

L’histoire de la guerre de 1870, qui a opposé 1 million de “Prussiens” (en fait, et pour la première fois, la totalité des Etats allemands) supérieurement encadrés, mobiles, dotés d’une artillerie puissante, à 500 000 Français n’ayant que leur courage et fusil Chassepot (le meilleur de l’époque), est trop souvent cantonnée au désastre de Sedan (2 septembre 1870) et au siège de Paris, prolongé par la Commune. C’est oublier que la Normandie a été le théâtre de nombreux combats et que sa mémoire a été durablement marquée par l’occupation ennemie.

Deux divisions de cavalerie

En un mois, les Prussiens (appelons-les ainsi, comme le firent les Normands de l’époque) ont battu l’armée de Napoléon III. Pour protéger et approvisionner leurs troupes qui assiègent sur la Haute-Normandie. Là, il n’y a plus d’armée constituée mais seulement des forces disparates : territoriaux, réservistes, jeunes recrues, soldats de la Garde nationale et de la Garde nationale mobile (les “Moblots”) levés par le gouvernement de la Défense nationale en même temps que les Francs-Tireurs et les Corps francs. Ces deux derniers corps, d’abord auréolés par leur patriotisme enthousiaste (ainsi la Guérilla rouennaise, créée au début d’octobre 1870), avec leur armement hétéroclite et leurs uniformes variés, sont vite détestés par l’armée régulière et plus encore par l’armée prussienne qui ne les considère pas comme des troupes régulières et, souvent, les fusille à ce titre quand ils sont faits prisonniers. Les Prussions sont à Mantes le 22 septembre 1870. Les premiers engagements dans l’Eure ont lieu devant Pacy les 4 et 5 octobre puis à Gisors, qui est pris le 9. Le premier combat important a lieu à Villegats le 22 et se solde par un succès français. Dès ce moment se constitue le cycle de brefs combats et d’embuscades sanglantes, suivis d’une répression féroce où les Prussiens incendient des villages entiers. Evreux est évacué le 21 novembre. On se bat durement à Vernon du 21 au 26 et à Etrepagny les 29 et 30. Rouen est mis en défense mais sans garde conviction. Le général Mauteuffel y entre sans coup férir et musique en tête le 6 décembre. Toutes les troupes françaises ont abandonné la ville dans un désordre indescriptible et se sont repliées vers Honfleur. Les Rouennais accusent leur municipalité de trahison, mais celle-ci accuse de son côté l’armée. Pire, lorsque le général Briand, chef de la 2ème division militaire, s’est inquiété auprès du gouvernement de Défense nationale de l’approche des Prussiens sur Rouen, il s’est vu répondre superbement par le ministère de la Guerre : “Les Prussiens ont autre chose à faire que de venir se promener en Normandie.”

SAINTE THERESE DE LISIEUX OU L’HISTOIRE D’UNE AME (1897)

sainte_therese1.jpgsainte_therese2.jpg

“Jésus m’a toujours traitée en enfant gâtée […]. C’est vrai que sa croix m’a accompagnée dès le berceau ; mais cette croix, il me l’a fait aimer avec passion.”

Le jeudi 30 septembre 1897, vers 7 h du soir, soeur Thérese meurt de tuberculose à l’âge de 24 ans, après une agonie de 2 jours, au Carmel de Lisieux. Elle est encore une inconnue mais, dès le printemps de l’année suivante, la publication de son autobiographie, Histoire d’une âme, achevée peu de temps avant sa mort, la fait aussitôt connaître comme “la petite sainte de Lisieux”. Dans cet ouvrage, plusieurs fois réimprimé jusqu’à aujourd’hui, soeur Thérese proclame sa petitesse, prônant la confiance et l’abandon dans la bonté de Dieu. Des pèlerinages “sauvages” s’effectuent sur sa tombe, qui doit être gardée jour et nuit pour empêcher ceux qui la considèrent déjà comme une sainte d’emporter des morceaux de sa tombe. La croix en bois, renouvelée plusieurs fois, doit être finalement remplacée par une croix en fer. Mille lettres par jour parviennent au Carmel. Le culte thérésien est né. Thérèse Martin est née à Alençon le 2 janvier 1873. A la mort de sa mère, la famille, très pieuse (son père comme sa mère avaient envisagé avant de se rencontrer d’entrer dans les Ordres), s’installe à Lisieux, dans la maison que les 5 filles survivantes de 9 enfants appellent “les Buissonnets”. Thérèse est la cadette, fragile et choyée. Le pensionnat, très dur, chez les bénédictines de l’abbaye de Notre-Dame-du-Pré, n’entame pas sa foi. Sa première communion est une révélation : “Ce fut un baiser d’amour, je me sentais aimée et je disais aussi je Vous aime, je me donne à Vous pour toujours”.

LES NORMANDS ENTRENT DANS LA GRANDE GUERRE (1914)

14_18.jpg14_18_1.jpg

Au début de l’été 1914, personne ne pense, pas plus en Normandie qu’ailleurs en France, que la nouvelle crise des balkans va provoquer la guerre.

Dans une Normandie encore largement agricole et rurale, l’heure est surtout aux moissons. C’est dire que les affiches de la mobilisation générale, décrétée à Paris le 1er août, mais placardées en province à effet du dimanche 2, prennent la population au dépourvu. A Granville, où la vive querelle des îlots des Minquiers avec la Grande-Bretagne était encore présente dans les esprits, on raconte même que des pêcheurs de retour au port et apprenant que la guerre venait d’être déclarée demandèrent si c’était contre l’Angleterre. A Verneuil-sur-Avre, dans l’Eure, le décret de mobilisation à renfort de tambour et de tocsin est tombé dès le samedi 1er août vers 17h. La presse locale évoque un “calme digne et patriotique”. On remarquait par les conversations de petits groupes, par la résignation et la confiance empreintes sur toutes les physionomies que chacun avait conscience de la gravité de l’heure et était décidé à remplir son devoir.

NAISSANCE DE LA SOCIETE NORMANDE DE METALLURGIE (1917)

smn1.jpgsmn2jpg.jpg

C’est en grande pompe que le ministre Albert Thomas, le 19 août 1917, à Colombelles près de Caen, le premier haut-fourneau de la toute nouvelle Société normande de métallurgie (SNM). C’est alors le plus grand haut-fourneau du monde, au débit de 450 tonnes de fontes par jour.

Le moins qu’on puisse dire est que le projet n’a été réalisé ni simplement ni rapidement, et que, dès sa gestation, il a porté en lui d’implacables logiques financières qui bien plus tard présideront à la disparition de la SMN. Exploitée dès l’époque gallo-romaine, les mines de fer de la haute vallée de l’Orne avaient permis une très modeste activité métallurgique jusqu’à la Révolution. Après un long sommeil, l’exploitation du minerai de fer du gisement de Soumont, au tout début du XXème siècle, relance l’activité, d’abord tout entière tournée vers l’exportation, via le port de Caen et son canal vers la mer. Dès 1903, l’indistriel allemand August Thyssen a acquis la majorité des actions de la société minière et métallurgique du Calvados. Il a besoin du minerai de fer normand pour ses propres industries d’outre-Rhin depuis que les minerais lorrain et suédois sont devenus trop chers. Mais, s’il n’a pas le minerai, il a le charbon à coke indispensable à la fonte du minerai. Pourquoi pas dès lors optimiser son activité en construisant des hauts-fourneaux à Caen ? Il achète pour se faire des terrains entre l’Orne et le canal, mais on est en 1909 et la presse se déchaîne contre cet Allemand qui vient “acheter la Normandie”. Thyssen ne renonce pas pour autant et s’allie à un industriel français. Le 4 juin 1910, la “Société des hauts-fourneaux de Caen” est constituée. Ce n’est que le début d’une longue marche qui va de la construction d’un chemin de fer minier à la restructuration d’une société, dans laquelle , à la veille de la Grande Guerre, le groupe Thyssen ne détient plus que 25% des parts, et enfin à la construction de l’usine. Trois mille ouvriers, pour beaucoup d’entre eux immigrés, y sont employés. Mais on est en juillet 1914 et c’est la guerre. L’usine est séquestrée. En attendant l’allumage du premier haut-fourneau, on fabrique des obus dans ce qui est devenu en 1916 la Société normande de métallurgie. La SNM deviendra en 1924, la SMN, cette société comptera plus de 6 000 employés au milieu des années 50.

LES ARMEES DU REICH DEFERLENT SUR LA NORMANDIE (1940)

rommel1.jpgreich1.jpgreich2.JPGpanzer1.jpg

Après l’attaque surprise des armées hitlériennes, le 10 mai 1940, qui a réussi, grâce à la tactique du blitzkrieg, à bousculer et envelopper le gros des armées franco-britanniques au nord, la campagne de France n’est pas terminée pour autant.

Retardée par la bataille de la poche de Dunkerque (27 mai au 4 juin), la poussée allemande vers le sud s’effectue notamment vers la Normandie avec un corps d’armée composé de la IIème division motorisée, de la Vème PZD (Panzerdivision) et de la VIIème PZD, dont le commandement a été récemment confié à un nouveau venu de 49 ans, Erwin Rommel, qui ainsi prend son premier contact mais non le dernier avec la Normandie. L’offensive allemande se déploit vers la Basse-Seine à travers le pays de Caux. Dieppe tombe le 10 juin. Saint-Valéry-en-Caux, transformé en camp retranché, tombe le 12, livrant aux Allemands 46 000 hommes dont 12 généraux. Il n’y aura pas de nouveau “miracle de Dunkerque”. Les abords de Rouen ont été investis dès le 8 juin. Des combats ont lieu ici et là, qui ne parviennent pas à retarder l’avance allemande. L’un de ces rares combats à lieu en pleine ville, place de la République, où des chars Renault, qui défendent le pont Corneille encore intact, détruisent 3 chars allemands. Hélas, les chars en feu propagent un terrible incendie qui ravage tout le quartier médiéval au sud de la cathédrale, qui est sauvée de justesse.

L’avancée de Rommel est extrêmement rapide

Le Havre, plusieurs fois bombardé, tombe le 13. Le lendemain, Rommel écrit à son épouse : ” Suis allé au Havre et inspecté la ville. Tout s’est passé sans effusion de sang. “. Mais ce qui compte pour le chef de la VIIème PZD, c’est d’entamer à toute vitesse un vaste mouvement de faux vers le Cotentin et Cherbourg. Hitler a en effet ordonné que ce port, ainsi que celui de Brest, assigné à la Vème PZD, soit conquis avant même que ne commencent les discussions de l’armistice. Précédés par des bombardements intenses, les chars du blitzkrieg entrent dans Evreux dès le 11 juin, dans Brionne , Bernay et Verneuil le 15. Poursuivant sa folle calvalcade, la VIIème PZD que seul menace le manque d’essence (on en prend jusque dans les réservoirs des véhicules abandonnés), atteint l’Aigle, dépasse Flers pour gagner Vire, Villedieu, Gavray, Falaise est tombé le 17. Le 18, aux premières heures du matin, les premiers détachements Allemands entrent dans Caen, déclaré ville ouverte. L’avance de Rommel est si rapide qu’à Coutances 2 MP britanniques sont capturés alors que quelques heures avant, ils réglaient la circulation des colonnes britanniques se repliant sur Cherbourg. Tout cela ne va pas sans combats. Un point de résistance important dans le secteur de Saint-Sauveur-de-Pirrepont oblige Rommel à modifier son itinéraire. Le vieux cuirassé Courbet tire, de la baie de Carentan, 105 obus de 305 mm sur les chars qui progressent le long de la côte et qui doivent alors se dérouter. Mais cela n’empêche pas les Allemands de parvenir aux abords de Cherbourg le 18 juin, en fin de matinée. Ce même jour, le corps expéditionnaire britannique peut quitter tout son matériel lourd. Le 19 juin, à 13 heures 30, la reddition du Fort des Couplets précède celle à 17 heures, de la préfecture maritime. L’occupation commence en Normandie. D’aucuns trouvent les Allemands “corrects”, mais le masque des vainqueurs ne va pas tenir longtemps. A Rouen, 25 otages ont été pris dans la population dès le 12 juin.

LES ALLIES DEBARQUENT EN NORMANDIE (1944)

6juin44_1.jpg6juin44_2.jpg6juin44_3.jpg6juin44_4.jpg

Tandis que les Alliés embarquent sur une formidable armada de plus de 4 000 navires, le commandement allemand, en cette nuit du 5 au 6 juin 1944, est serein. Avec ce temps de chien, le débarquement tant attendu ne sera pas pour demain.

Jour J-1. Les Allemands attendent depuis longtemps un débarquement et s’y sont préparés avec la construction de l’Atlantikwall, le mur de l’Atlantique, qu’ils jugent infranchissable. Telle est en tout cas la doctrine de Hitler et par conséquent de la plupart des chefs militaires du Reich. Seul Rommel, récemment nommé chef du groupe d’armées B (de la Loire à la Belgique), en a dénoncé les insuffisances et commencé à en améliorer les dispositifs. Mais ce sera le 6 juin 1944 (initialement prévu le 5 mai et reculé pour cause de tempête en Manche) entre les rivières Orne et Vire, là où les Allemands ont le moins renforcé le mur de l’Atlantique, puisqu’il n’y a pas dans ce secteur de grand port - condition sine qua non d’un débarquement. Jusqu’au bout, les Allemands ont ignoré que les Alliés emportent 2 ports artificiels “dans leurs bagages”. La logistique mise en oeuvre par les Alliés est gigantesque : 3 millions de soldats concentrés depuis plus d’un an en Grande-Bretagne, des milliers de péniches de débarquement ainsi que les éléments des ports artificiels construits en secret, toute la Home Fleet et la RAF mobilisés. Rien que pour la première vague, il faut jeter dans la bataille 50 000 hommes, 1 500 chars, 3 000 canons, 12 000 véhicules - le tout transporté et escorté par près de 4 000 navires de toutes tailles. A J+10, ce sont 2 millions de soldats qui doivent être débarqués, en raison d’une moyenne d’une tonne de matériel par homme.

Les cinq plages du Débarquement

Après que les flancs du débarquement ont été bouclés, dans la nuit du 5 au 6, par les parachutistes américains à l’ouest et les parachutistes britanniques à l’est, les Américains débarquent aux premières heures du matin sur deux plages aux noms de code de Utah et Omaha, tandis que les Angl-Canadiens mettent pied sur trois plages : Gold, Juno, Sword. En dépit de très lourdes pertes à Omaha, le débarquement réussit, notamment grâce à une totale maîtrise de l’air par les Alliés. Dans les heures qui ont précédé le “D-Day”, le mur de l’Atlantique est écrasé sous les bombes. Le soir, les cinq têtes de pont ont été implantées, mais sont fragiles. Il reste à les souder sur un front de 80 km de côtes et à les élargir dans les terres. De plus, la résistance des Allemands promet d’être acharnée. La bataille de Normandie ne fait que commencer.

LE DISCOURS DE BAYEUX (1946)

discours_de_bayeux2.jpgdiscours_de_bayeux.jpgdiscours_de_bayeux3.jpg

Après qu’il a démissionné du gouvernement, le 21 janvier 1946, en condamnant les régime des partis, le général de Gaulle, un peu moins de 5 mois plus tard, entreprend le 16 juin à Bayeux de faire connaître “ce que devraient être nos institutions”.

De Gaulle a choisi Bayeux, là où deux ans auparavent, presque jour pour jour, il prononçait son premier discours sur la terre de France libérée. Son allocution, bravant le refus des Alliés de lui laisser tenir toute réunion publique, appelait alors au combat rassemblant tous les Français et soulignait que la France entendait être traitée comme une alliée à part entière. Choix ô combien symbolique que celui de Bayeux, où de Gaulle avait fait sa première entrée politique et où les Normands (ceux de Bayeux mais aussi ceux d’Isigny) l’avaient en quelque sorte plébiscité. Il s’en explique dès le début de ce discours nouveau dans son essence, puisqu’il est cette fois politique et no historique. Oui c’est à Bayeux, sur le premier morceau de France libéré, qu’est réapparu l’Etat, “l’Etat légitime […], l’Etat préservé des ingérences de l’étranger […], l’Etat capable de rétablir autour de lui l’unité nationale […]”. Les compagnons de toujours sont là, ceux-là mêmes qui étaient réunis autour du général à Bayeux le 14 juin 1944, entre autres le général Koenig, lui-même né à Caen, ou encore Maurice Schumann, la célèbre voix de Londres, qui d’ailleurs demandera à être enterré (il le sera le 13 fèvrier 1998) dans le petit cimetière du village d’Asnelles, là où il a débarqué le 7 juin 1944.

AU HAVRE : L’ADIEU AUX PAQUEBOTS (1979)

france2.jpgfrance1.jpgfrance3.jpg

C’est le 18 août 1979, sous les regards d’une foule muette de tristesse, que le France, rebaptisé Norway après sa vente à un armateur norvégien, quitte Le Havre pour être transformé en navire de croisière.

Le conflit du France a agité la France pendant des années. D’un côté, les syndicats CGT et CFDT, soutenus par la municipalité communiste et par une grande partie de la population attachée à son dernier paquebot, à son histoire, à sa tradition ; de l’autre, un gouvernement dont le premier ministre d’alors, Jacques Chirac, déclare : “Le France ne fonctionne pas tout seul par l’opération du Saint-Esprit. Il fonctionne grâce à une subvention très importante qui est apportée par les pouvoirs publics, par l’Etat, c’est-à-dire par des contribuables français. […] Cela représente environ deux grands hôpitaux modernes […].” Dès lors, la pièce était jouée. Le France, ancré au Havre sur “le quai de l’oubli”, était condamné. L’histoire du France avait pourtant bien commencé ce 11 janvier 1962, lorsqu’il avait quitté Le Havre pour sa croisière inaugurable vers les Canaries. Le France, orgueil de la Compagnie générale transatlantique, était le plus grand paquebot du monde, long de 315 mètres, large de 34 mètres et haut (jusqu’aux cheminés) de 56 mètres. Il pouvait atteindre la vitesse de 36 noeuds (65 km/h - ce qui, en mer, est considérable). Il était le plus luxueux, le plus confortable des paquebots avec 1 000 membres d’équipage pour 2 200 passagers.

MOULINEX, C’EST FINI (2001)

moulinex1.JPGmoulinex2.JPG

Jour funeste pour la Basse-Normandie que celui du 23 octobre 2001. c’est celui, en effet, où les 4 usines Moulinex qui subsistaient en Normandie sont abandonnées par le repreneur, l’éternel rival SEB.

Le 7 septembre 2001, Moulinex, associé à Brandt, avait déposé son bilan, annonçant 5 milliards de dettes. La veille du 23 octobre, le tribunal de commerce de Nanterre (le siège social de Moulinex étant à la Défense) accordait à SEB l’offre de reprise de Moulinex, mais c’était pour mieux s’en débarrasser. Cette fois, de fermeture en fermeture, de licenciements en mises à la retraite anticipée, c’en était bien fini de Moulinex en France (3 200 chômeurs), et notamment en Normandie, où tout avait si bien commencé. L’aventure de Moulinex débute à Alençon, en 1937, avec Jean Mantelet, né avec le siècle, l’inventeur du presse-purée électrique, un ustensile domestique qu’il a développé sur les conseils de son épouse et qu’il fabrique industriellement depuis 1932 avec la société Moulin-légumes à Bagnolet. Trop à l’étroit, Jean Mantelet achète, en 1937, une vieille usine à Alençon, sur les conseils inspirés de l’une de ses secrétaires, originaire de l’Orne.



aucun
Olivier

Ecrire un commentaire








Strict Standards: date(): It is not safe to rely on the system's timezone settings. You are *required* to use the date.timezone setting or the date_default_timezone_set() function. In case you used any of those methods and you are still getting this warning, you most likely misspelled the timezone identifier. We selected 'Europe/Berlin' for 'CEST/2.0/DST' instead in /homepages/10/d212871047/htdocs/wp-content/plugins/math-comment-spam-protection/math-comment-spam-protection.classes.php on line 77

Strict Standards: date(): It is not safe to rely on the system's timezone settings. You are *required* to use the date.timezone setting or the date_default_timezone_set() function. In case you used any of those methods and you are still getting this warning, you most likely misspelled the timezone identifier. We selected 'Europe/Berlin' for 'CEST/2.0/DST' instead in /homepages/10/d212871047/htdocs/wp-content/plugins/math-comment-spam-protection/math-comment-spam-protection.classes.php on line 163