Strict Standards: Redefining already defined constructor for class wpdb in /homepages/10/d212871047/htdocs/wp-includes/wp-db.php on line 52

Deprecated: Assigning the return value of new by reference is deprecated in /homepages/10/d212871047/htdocs/wp-includes/cache.php on line 36

Strict Standards: Redefining already defined constructor for class WP_Object_Cache in /homepages/10/d212871047/htdocs/wp-includes/cache.php on line 389

Strict Standards: Declaration of Walker_Page::start_lvl() should be compatible with Walker::start_lvl($output) in /homepages/10/d212871047/htdocs/wp-includes/classes.php on line 537

Strict Standards: Declaration of Walker_Page::end_lvl() should be compatible with Walker::end_lvl($output) in /homepages/10/d212871047/htdocs/wp-includes/classes.php on line 537

Strict Standards: Declaration of Walker_Page::start_el() should be compatible with Walker::start_el($output) in /homepages/10/d212871047/htdocs/wp-includes/classes.php on line 537

Strict Standards: Declaration of Walker_Page::end_el() should be compatible with Walker::end_el($output) in /homepages/10/d212871047/htdocs/wp-includes/classes.php on line 537

Strict Standards: Declaration of Walker_PageDropdown::start_el() should be compatible with Walker::start_el($output) in /homepages/10/d212871047/htdocs/wp-includes/classes.php on line 556

Strict Standards: Declaration of Walker_Category::start_lvl() should be compatible with Walker::start_lvl($output) in /homepages/10/d212871047/htdocs/wp-includes/classes.php on line 653

Strict Standards: Declaration of Walker_Category::end_lvl() should be compatible with Walker::end_lvl($output) in /homepages/10/d212871047/htdocs/wp-includes/classes.php on line 653

Strict Standards: Declaration of Walker_Category::start_el() should be compatible with Walker::start_el($output) in /homepages/10/d212871047/htdocs/wp-includes/classes.php on line 653

Strict Standards: Declaration of Walker_Category::end_el() should be compatible with Walker::end_el($output) in /homepages/10/d212871047/htdocs/wp-includes/classes.php on line 653

Strict Standards: Declaration of Walker_CategoryDropdown::start_el() should be compatible with Walker::start_el($output) in /homepages/10/d212871047/htdocs/wp-includes/classes.php on line 678

Deprecated: Assigning the return value of new by reference is deprecated in /homepages/10/d212871047/htdocs/wp-includes/query.php on line 21

Deprecated: Assigning the return value of new by reference is deprecated in /homepages/10/d212871047/htdocs/wp-includes/theme.php on line 507

Deprecated: Assigning the return value of new by reference is deprecated in /homepages/10/d212871047/htdocs/wp-content/plugins/dofollow.php on line 171

Warning: Cannot modify header information - headers already sent by (output started at /homepages/10/d212871047/htdocs/wp-includes/wp-db.php:52) in /homepages/10/d212871047/htdocs/wp-content/plugins/polls/polls.php on line 1088

Deprecated: Assigning the return value of new by reference is deprecated in /homepages/10/d212871047/htdocs/wp-content/plugins/simpletagging/simpletagging.php on line 49

Deprecated: Assigning the return value of new by reference is deprecated in /homepages/10/d212871047/htdocs/wp-content/plugins/tantan/tantan_reports.php on line 41

Deprecated: Assigning the return value of new by reference is deprecated in /homepages/10/d212871047/htdocs/wp-content/plugins/tantan/tantan_reports.php on line 44

Deprecated: Function ereg() is deprecated in /homepages/10/d212871047/htdocs/wp-content/plugins/tantan/tantan_reports.php on line 39

Deprecated: Function ereg() is deprecated in /homepages/10/d212871047/htdocs/wp-content/plugins/tantan/version-check.php on line 201

Strict Standards: Non-static method NAVT::wp_bootstrap() should not be called statically in /homepages/10/d212871047/htdocs/wp-content/plugins/wordpress-navigation-list-plugin-navt/app/navt.php on line 1743

Strict Standards: date(): It is not safe to rely on the system's timezone settings. You are *required* to use the date.timezone setting or the date_default_timezone_set() function. In case you used any of those methods and you are still getting this warning, you most likely misspelled the timezone identifier. We selected 'Europe/Berlin' for 'CEST/2.0/DST' instead in /homepages/10/d212871047/htdocs/wp-content/plugins/wp-db-backup.php on line 90

Strict Standards: call_user_func_array() expects parameter 1 to be a valid callback, non-static method NAVT::init() should not be called statically in /homepages/10/d212871047/htdocs/wp-includes/plugin.php on line 160

Strict Standards: Non-static method NAVT::install_check() should not be called statically in /homepages/10/d212871047/htdocs/wp-content/plugins/wordpress-navigation-list-plugin-navt/app/navt.php on line 112

Strict Standards: Non-static method NAVT::get_option() should not be called statically in /homepages/10/d212871047/htdocs/wp-content/plugins/wordpress-navigation-list-plugin-navt/app/navt.php on line 173
contes, légendes de Normandie- mythe, fable, croyance... communaute de noctambules
Warning: Creating default object from empty value in /homepages/10/d212871047/htdocs/wp-content/themes/dkret2/header.php on line 45

Deprecated: preg_replace(): The /e modifier is deprecated, use preg_replace_callback instead in /homepages/10/d212871047/htdocs/wp-includes/kses.php on line 446

Deprecated: preg_replace(): The /e modifier is deprecated, use preg_replace_callback instead in /homepages/10/d212871047/htdocs/wp-includes/kses.php on line 510

Deprecated: preg_replace(): The /e modifier is deprecated, use preg_replace_callback instead in /homepages/10/d212871047/htdocs/wp-includes/kses.php on line 511

Deprecated: preg_replace(): The /e modifier is deprecated, use preg_replace_callback instead in /homepages/10/d212871047/htdocs/wp-includes/kses.php on line 446

Deprecated: preg_replace(): The /e modifier is deprecated, use preg_replace_callback instead in /homepages/10/d212871047/htdocs/wp-includes/kses.php on line 510

Deprecated: preg_replace(): The /e modifier is deprecated, use preg_replace_callback instead in /homepages/10/d212871047/htdocs/wp-includes/kses.php on line 511

Deprecated: preg_replace(): The /e modifier is deprecated, use preg_replace_callback instead in /homepages/10/d212871047/htdocs/wp-includes/kses.php on line 446

Deprecated: preg_replace(): The /e modifier is deprecated, use preg_replace_callback instead in /homepages/10/d212871047/htdocs/wp-includes/kses.php on line 510

Deprecated: preg_replace(): The /e modifier is deprecated, use preg_replace_callback instead in /homepages/10/d212871047/htdocs/wp-includes/kses.php on line 511

Deprecated: preg_replace(): The /e modifier is deprecated, use preg_replace_callback instead in /homepages/10/d212871047/htdocs/wp-includes/kses.php on line 446

Deprecated: preg_replace(): The /e modifier is deprecated, use preg_replace_callback instead in /homepages/10/d212871047/htdocs/wp-includes/kses.php on line 510

Deprecated: preg_replace(): The /e modifier is deprecated, use preg_replace_callback instead in /homepages/10/d212871047/htdocs/wp-includes/kses.php on line 511

Deprecated: preg_replace(): The /e modifier is deprecated, use preg_replace_callback instead in /homepages/10/d212871047/htdocs/wp-includes/kses.php on line 446

Deprecated: preg_replace(): The /e modifier is deprecated, use preg_replace_callback instead in /homepages/10/d212871047/htdocs/wp-includes/kses.php on line 510

Deprecated: preg_replace(): The /e modifier is deprecated, use preg_replace_callback instead in /homepages/10/d212871047/htdocs/wp-includes/kses.php on line 511

Deprecated: preg_replace(): The /e modifier is deprecated, use preg_replace_callback instead in /homepages/10/d212871047/htdocs/wp-includes/kses.php on line 446

Deprecated: preg_replace(): The /e modifier is deprecated, use preg_replace_callback instead in /homepages/10/d212871047/htdocs/wp-includes/kses.php on line 510

Deprecated: preg_replace(): The /e modifier is deprecated, use preg_replace_callback instead in /homepages/10/d212871047/htdocs/wp-includes/kses.php on line 511

Strict Standards: mktime(): It is not safe to rely on the system's timezone settings. You are *required* to use the date.timezone setting or the date_default_timezone_set() function. In case you used any of those methods and you are still getting this warning, you most likely misspelled the timezone identifier. We selected 'Europe/Berlin' for 'CEST/2.0/DST' instead in /homepages/10/d212871047/htdocs/wp-includes/functions.php on line 14

Strict Standards: date(): It is not safe to rely on the system's timezone settings. You are *required* to use the date.timezone setting or the date_default_timezone_set() function. In case you used any of those methods and you are still getting this warning, you most likely misspelled the timezone identifier. We selected 'Europe/Berlin' for 'CEST/2.0/DST' instead in /homepages/10/d212871047/htdocs/wp-includes/functions.php on line 23

Strict Standards: date(): It is not safe to rely on the system's timezone settings. You are *required* to use the date.timezone setting or the date_default_timezone_set() function. In case you used any of those methods and you are still getting this warning, you most likely misspelled the timezone identifier. We selected 'Europe/Berlin' for 'CEST/2.0/DST' instead in /homepages/10/d212871047/htdocs/wp-includes/functions.php on line 25

Strict Standards: date(): It is not safe to rely on the system's timezone settings. You are *required* to use the date.timezone setting or the date_default_timezone_set() function. In case you used any of those methods and you are still getting this warning, you most likely misspelled the timezone identifier. We selected 'Europe/Berlin' for 'CEST/2.0/DST' instead in /homepages/10/d212871047/htdocs/wp-includes/functions.php on line 27

Strict Standards: date(): It is not safe to rely on the system's timezone settings. You are *required* to use the date.timezone setting or the date_default_timezone_set() function. In case you used any of those methods and you are still getting this warning, you most likely misspelled the timezone identifier. We selected 'Europe/Berlin' for 'CEST/2.0/DST' instead in /homepages/10/d212871047/htdocs/wp-includes/functions.php on line 28

Strict Standards: mktime(): It is not safe to rely on the system's timezone settings. You are *required* to use the date.timezone setting or the date_default_timezone_set() function. In case you used any of those methods and you are still getting this warning, you most likely misspelled the timezone identifier. We selected 'Europe/Berlin' for 'CEST/2.0/DST' instead in /homepages/10/d212871047/htdocs/wp-includes/functions.php on line 14

Strict Standards: date(): It is not safe to rely on the system's timezone settings. You are *required* to use the date.timezone setting or the date_default_timezone_set() function. In case you used any of those methods and you are still getting this warning, you most likely misspelled the timezone identifier. We selected 'Europe/Berlin' for 'CEST/2.0/DST' instead in /homepages/10/d212871047/htdocs/wp-includes/functions.php on line 23

Strict Standards: date(): It is not safe to rely on the system's timezone settings. You are *required* to use the date.timezone setting or the date_default_timezone_set() function. In case you used any of those methods and you are still getting this warning, you most likely misspelled the timezone identifier. We selected 'Europe/Berlin' for 'CEST/2.0/DST' instead in /homepages/10/d212871047/htdocs/wp-includes/functions.php on line 25

Strict Standards: date(): It is not safe to rely on the system's timezone settings. You are *required* to use the date.timezone setting or the date_default_timezone_set() function. In case you used any of those methods and you are still getting this warning, you most likely misspelled the timezone identifier. We selected 'Europe/Berlin' for 'CEST/2.0/DST' instead in /homepages/10/d212871047/htdocs/wp-includes/functions.php on line 27

Strict Standards: date(): It is not safe to rely on the system's timezone settings. You are *required* to use the date.timezone setting or the date_default_timezone_set() function. In case you used any of those methods and you are still getting this warning, you most likely misspelled the timezone identifier. We selected 'Europe/Berlin' for 'CEST/2.0/DST' instead in /homepages/10/d212871047/htdocs/wp-includes/functions.php on line 28

Deprecated: preg_replace(): The /e modifier is deprecated, use preg_replace_callback instead in /homepages/10/d212871047/htdocs/wp-content/plugins/polls/polls.php on line 568

Deprecated: preg_replace(): The /e modifier is deprecated, use preg_replace_callback instead in /homepages/10/d212871047/htdocs/wp-content/plugins/polls/polls.php on line 577

Deprecated: preg_replace(): The /e modifier is deprecated, use preg_replace_callback instead in /homepages/10/d212871047/htdocs/wp-includes/formatting.php on line 74


D’autres contes et légendes viendront s’ajouter prochainement pour les départements de la Basse-Normandie ainsi que pour les 2 départements de la Haute-Normandie. Remerciements à J.P Beaufreton.


LÉGENDES DE BASSE-NORMANDIE


LA DAME BLANCHE DU MANOIR DE GOUVY

LES CHIENS NOCTAMBULES

LA BRÈCHE AU DIABLE

LES OIES DU PIROU

LE TROU BALIGAN

LA FOSSE ARTHOUR

LA FÉE DE LA FONTAINE

LE DRAGON DE VILLEDIEU

LE CHÊNE AU MUET


Quelle impopularité avait cette dame, dans les années 1600 ! Elle effrayait sans cesse les âmes de la paroisse de Saint Germain de Crioult, à quelques lieues de Condé sur Noireau. Elle effrayait et elle fascinait en même temps ; n’importe quel homme l’apercevait, il ne tarissait pas de propos dans les veillées : la Dame Blanche par ci, la Dame Blanche par là…
Il ne se passait pas un hiver sans qu’elle surgisse, ombre nébuleuse et vaporeuse, sur les murailles du manoir. Sa silhouette était celle d’une dame de grande famille, noble et fière ; elle s’arrêtait à un angle du mur, près de la porte d’entrée, et restait là comme un hôte qui attend son visiteur. Personne n’osait s’adresser à elle ; les voisins pressaient le pas dès qu’ils sentaient cette présence et les habitants du manoir restaient enfermés dans leur logis.
On remarquait depuis longtemps que les venues de la Dame précédaient toujours un grand malheur pour les seigneurs de la Rivière, qui tenaient le fief de Gouvy depuis plusieurs siècles déjà.
Une des apparitions de la Dame Blanche avait présagé du meurtre de Jean Jacques de la Rivière ; une autre avait devancé la mort mystérieuse de la châtelaine ; un violent incendie avait presque détruit le manoir, quelques jours après la venue du fantôme, n’épargnant qu’une statue de la Vierge dans un volute de l’escalier. À ces malheurs familiaux et domestiques, s’étaient ajoutées des calamités qui diminuaient d’autant les ressources de la famille, dont les revenus dépendaient des impôts prélevés sur les paysans : pluies anéantissant les récoltes, épidémies dans les étables…
Le domaine se dépréciait et ce n’était qu’un souvenir de grandeur quand il arriva, par héritage, entre les mains d’un jeune homme énergique et volontaire. Pour faire face aux créanciers, aux tuteurs et affirmer son autorité sur ses vassaux, il ne comptait que sur lui et voulut percer le secret de cette Dame Blanche !
Un soir, Gilles Béhier, fermier de la Vieuville, était venu porter quelques chapons au manoir. Il travaillait aux champs pendant tout l’été ; l’hiver, il pratiquait divers métiers, notamment ceux qui intriguent et troublent les petites gens ! Désenvoûteur, rebouteux, charlatan … Il soignait et guérissait aussi bien les maîtres que les troupeaux, intercédait près des esprits et peut-être des démons !
Béhier avait remarqué l’air soucieux du jeune maître de Gouvy, resté insensible aux chapons apportés par le fermier. Il interrogea son maître qu’il connaissait depuis toujours.Après quelques instants, le châtelain avoua la venue répétée de la Dame Blanche et celle prochaine d’un nouveau désastre ; Béhier répartit que les Dames Blanches, si elles annonçaient les malheurs, ne les provoquaient pas elles-mêmes. C’étaient souvent des morts agités qui cherchaient un prêtre pour dire des messes pour leur repos ! Béhier conseilla d’interroger la Dame Blanche pour connaître ses désirs ; le jeune seigneur voulut l’accompagner.
- Vous ignorez la façon de s’entretenir avec les spectres et, comme cette dame semble s’en prendre à votre famille, elle risque de vous emporter avec l’aide des démons.
Après maintes discussions, ils se mirent en chemin.
Le seigneur de Gouvy chevauchait sa jument Marjolaine. Tout à coup, cette dernière fit un écart. La Dame Blanche était debout au milieu de la route, le regard doux et le front triste. Le paysan fit un signe de croix, mais l’apparition restait là et regardait plutôt le jeune homme.
D’une voix légère, elle se présenta : Jeanne de Missy, épouse de Jacques de la Rivière. En un jour de péril, elle promit de faire dresser une chapelle en l’honneur de la Vierge mais de son vivant, elle ne fit sculpter qu’une statue, celle qui fut épargnée dans l’incendie du manoir ! Pour réparer son mensonge, il faut qu’un de ses héritiers tienne sa promesse ; en attendant, son fantôme annonce à sa famille tout nouveau revers.
- Quand la cloche de la chapelle de Gouvy sonnera, conclut-elle, mon âme sera libérée et ma famille redeviendra prospère !
Quelques mois plus tard, une chapelle neuve s’élevait. Le seigneur croyait être absout des fautes de son ancêtre, quand un de ses fermiers lui annonça le retour de la Dame Blanche. Dès le lendemain, il ordonna de faire venir au château Gilles Béhier qu’il traita de menteur et d’imposteur. Sans se troubler, Béhier rappela que la Dame avait parlé d’une cloche qui sonne ; pas seulement des murs de la chapelle !
Le sire de Gouvy était perplexe : pour qu’une cloche sonnât, il fallait qu’une messe soit dite, donc il fallait un prêtre attaché au domaine. C’était une grosse dépense pour une baronnie rurale en des temps calamiteux ! Mais la Dame avait prédit une nouvelle prospérité, il serait donc plus facile d’entretenir la rente du curé et de maintenir la chapelle. En homme avisé, le seigneur se décida à assurer l’investissement nécessaire et bientôt la cloche retentit sur toute la contrée.
La Dame Blanche ne vint plus troubler la tranquillité des habitants du lieu ; la prospérité revint à nouveau dans la propriété du manoir de Gouvy.

Retourner à l’index des légendes


Dans les fermes des environs accidentés de Chaindollé (ou plutôt Chênedollé), toutes les nuits, trois énormes chiens à longs poils parcouraient ainsi la contrée, passant de plaine en plaine, d’une masure à l’autre, rôdant autour des habitations, effrayant et poursuivant les bestiaux, faisant aussi la conduite aux humains à l’occasion, mais surtout s’attaquaient aux chiens de garde, qui, affolés, cassaient la chaîne et venaient ensuite, queue serrée et poil hérissé, se cogner dans les portes. Surexcités et furieux, les habitants s’unirent, s’armèrent, firent des battues pour essayer d’atteindre ces monstres : ce fut en vain.
Parfois, ils se laissaient entourer, mais au moment où on croyait les tenir, d’un bond, ils franchissaient le cordon de leurs agresseurs et continuaient leur ronde. Ils étaient insaisissables et leur audace allait grandissant.
Leurs lugubres exploits commençaient avec la nuit et leur insolence croissait jusqu’à aller s’introduire dans les maisons, par les volets des portes pour venir manger les légumes sur les soupes au milieu des membres de la famille anéantis et n’osant bouger.
La consternation régna longtemps dans le pays.

Retourner à l’index des légendes


Dans la plaine de Caen, un site remarquable s’appelle la Brèche au Diable : une montagne fendue comme par un coup d’épée et habitée par un torrent tumultueux ! D’un côté, des éboulis nés d’un chaos titanesque ou d’un jet de pierres diabolique ; de l’autre, un mur vide et nu, supportant un tombeau en équilibre au-dessus de l’abîme. C’est celui de l’actrice Marie Joly.
Le comte de Quesnay vivait dans son château, au milieu d’un riche domaine. Il était fier d’avoir un enfant tant aimé, du nom de Lucia. Elle avait une grâce délicate et parfaite et faisait figure de déesse. Tous l’adorait mais nul n’avait trouvé le chemin de son cœur. Seul un poète ou un chevalier put l’émouvoir et être aimé d’elle. Quelquefois, un barde ou un trouvère s’arrêtaient au château.
Un soir, un jeune et bel artiste vêtu de bleu se présenta. On lui fit place et, quand il voulut chanter, Lucia lui demanda le récit d’un preux chevalier. Il narra alors l’histoire du Chevalier Noir, du chevalier aux lions.
Toute la nuit, Lucia pensa aux exploits du Chevalier Noir ; au petit matin, elle interrogea pour savoir si cette histoire était fictive ou réelle, si elle pouvait espérer rencontrer ce preux. Le trouvère lui annonça qu’il se présenterait lui-même dans quelques temps : puisque le Chevalier Noir cherchait le bonheur près d’une femme belle et intelligente, il ne manquerait pas de passer par ce château. Un grand espoir anima Lucia à partir de ce moment.
Un jour, le comte annonça l’organisation d’un grand tournoi. Le vainqueur recevra la main de Lucia, après une année d’épreuves. Toute la Normandie se prépara pour ce tournoi.
Le jour venu, deux rangs de quarante chevaliers s’élancent en des combats acharnés. L’un après l’autre, ils sont déconfits. L’arène est jonchée de chevaux et de cavaliers blessés ou morts. Seul, un cavalier à l’armure noire restait debout ; il n’avait aucune blessure, aucune marque de coup.
En vainqueur du tournoi, il se présenta devant Lucia qui présidait la fête. L’écu de l’inconnu portait deux lions sous lesquels était gravée la devise : QUAND TROUVERAI ?
Le casque ôté, Lucia reconnut le trouvère au chant troublant. Le comte reconnut la victoire et renouvela sa promesse.
- Dans un an, jour pour jour, je reviendrai en ces lieux et offrirai à la reine de mes pensées, mes victoires et mon cœur.
Un soir d’orage violent, le château sembla éclater sous les coups. Au matin, Lucia avait disparu. Le diable l’avait enlevée et la retenait dans ses enfers pour l’asseoir sur le trône des ténèbres. Elle refusait en se refusant aux menaces et en devinant les craintes des siens au château du Quesnay.
Mais, trompant l’attention du démon épuisé par une nuit d’orgies, elle parvint à s’enfuir. Elle était heureuse de revoir le soleil, la lumière, les fleurs et le chant des oiseaux. Lucia retournait vers les siens, vers son château et son bonheur annoncé.
Le diable découvrant la disparition de la belle était fou de rage. Il brisa les rochers dans une colère infernale et retrouva Lucia évanouie au pied des pierres éclatées. Le diable s’élança pour se saisir de la belle, quand un chevalier vêtu de noir et portant un écu avec trois lions d’or surgit ; le diable ricanât, pensant réduire cet intrus dans les flammes. Lucia reconnut son héros et poussa un grand cri ; le diable recula et s’enfuit.
Le soir, le chevalier frappait à la porte du château, ramenant Lucia sur son destrier.
Bientôt le comte et la comtesse de Quesnay avaient recouvré la santé et le château put retentir à nouveau du bruit des fêtes.
Depuis plusieurs siècles, le château a disparu, mais les roches bousculées par le diable sont toujours présentes pour attester de l’histoire.

Retourner à l’index des légendes


Il existe sur les bords de la mer, entre Coutances et Lessay, un château nommé Pirou, dont l’origine se perd dans la nuit des temps. Maintenant au milieu d’une plaine aride, nue, exposée au vent de la mer, jadis il était entouré de hautes forêts. C’est un fait dont M. de Gerville a trouvé la preuve dans les anciens titres dans la Châtellenie. La cause probable du changement dans la nature du terrain est le rapprochement de la mer qui incontestablement, depuis un temps immémorial, dévore par degré les rivages de la presqu’île du Cotentin, et dont les vents, comme il est notoire sont si funestes à la croissance des arbres. Quoiqu’il en soit, voici ce qu’un auteur du siècle de Louis XIV, connu sous le nom de Vigneul-Marville, et le savant Bullet, dans son Dictionnaire Celtique, nous racontent qui arrivait de leur temps au château de Pirou, fait singulier que le premier déclare tenir du seigneur de ce château même.
Au printemps de chaque année, une grande quantité d’oies sauvages, venant des marécages voisins, s’abattaient dans les cours et les fossés du château pour y faire leurs petits. Les habitants avaient soin de préparer à ses hôtes des nids commodes avec de la paille. Pendant leur séjour, ces volatiles parcouraient avec la plus grande familiarité le château et les jardins. Quand les petits étaient assez forts pour voler, toute la colonie disparaissait en une nuit sans qu’on s’en aperçut, et c’était pour jusqu’à l’année suivante. Voilà ce que nous trouvons attesté comme une chose constante et vérifiée. Maintenant voici, d’après les mêmes auteurs, l’histoire merveilleuse bâtie sur ce fondement et qu’avait conservée une tradition locale d’une ancienneté indéfinie.
Lorsque les Normands, nos ancêtres, sous la conduite du brave Rollon, faisait la conquête de la Neustrie qui leur fut concédée plus tard par le Roi de France, il se trouva un château qui, le dernier de tous, résista à leurs efforts ; c’était le château de Pirou, bâti par la puissance des fées, et d’une telle force que les Normands désespéraient de s’en emparer autrement que par la famine. Ce fléau ne tarda pas effectivement à tourmenter la garnison.
Les Normands jurèrent que, dussent-ils y périr, ils ne partiraient pas de là que cette redoutable forteresse ne fut prise.
Un matin, ils sont surpris de ne plus entendre aucun bruit dans l’intérieur du château ; pas un homme n’apparaît ni sur les remparts, ni sur les tours, ni aux croisées. Ils ne doutent pas d’abord que ce soit un piège, et se gardent bien de monter à l’assaut.
Plusieurs jours s’écoulent et toujours même silence. Et enfin, ils se décident à escalader les murs qui étaient d’une prodigieuse hauteur, et ils entrent dans la place.
Ils n’y trouvent pas une âme ; je me trompe, il y avait un vieillard couché malade à l’infirmerie, qui n’avait pu suivre les autres, et qui raconta aux Normands comment la garnison s’était enfuie miraculeusement.
La magie était cultivée de père en fils, par les seigneurs du château, qui en conservaient les livres très précieux. Quand les assiégés avaient vu qu’ils manquaient de vivres, et qu’ils seraient bientôt forcés de se rendre, ils s’étaient transformés en oies sauvages et envolés par dessus les remparts.
Les Normands se rappelèrent alors qu’effectivement la veille du jour où un silence général avait commencé à régner dans le château, ils avaient vu plusieurs volées d’oies s’élever au dessus des toits, puis allaient s’enfoncer et disparaître dans les forêts et les marécages voisins. Mais on ne songe jamais à tout, quoiqu’on soit magicien.
La métamorphose avait été très bien opérée, mais on n’avait pas prévu comment, une fois hors du danger, on reprendrait la figure humaine. Plus de livres alors, plus de moyens même d’articuler une parole. Force fut donc aux malheureux de rester, sous leur nouvelle forme, habitants des marais.
Quand les Normands eurent embrassé la religion chrétienne, tous les livres magiques du château furent brûlés ; par conséquent moins d’espérance que jamais pour les malheureuses victimes de la métamorphose. Seulement, chaque année, cette race infortunée de volatiles revient visiter son ancienne patrie.
Tel est le récit que, de génération en génération, on répétait dans le manoir féodal de Pirou. Si l’histoire doit être une image des siècles passées, les fables merveilleuses qui ont obtenu crédit rentrent dans ce domaine et peignent souvent mieux les hommes qu’une froide et sèche énumération de noms propres et de généalogies.

Retourner à l’index des légendes


À Flamanville, près de Cherbourg, sous l’église de cette commune, se trouve, dit-on, un souterrain qui débouche à la mer par “le trou Baligan”, grotte creusée dans la falaise et qui fut jadis l’antre terrible d’un dragon étranglé par saint Germain, évêque d’Auxerre.
Le téméraire qui ose s’aventurer dans le souterrain y trouve toujours une table abondamment servie, mais malheur à lui s’il touche au festin, le diable apparaît et l’emporte. Ce dragon terrorisait la population, il y a plus de 1500 ans. Un jour de 448, Saint Germain à la rouelle débarqua d’Irlande et vaincut la bête, symbole du paganisme, convertissant ainsi la population au christianisme. Le monstre resta pétrifié en un bloc de granit, veiné par la rouille du minerai de fer qui faisait penser au sang des innocents sacrifiés. Le Trou Baligan. Faille, située au pied du cap de Flamanville, à l’emplacement actuel de la centrale nucléaire

Retourner à l’index des légendes


Le roi Arthur, après sa disparition, se réfugia dans la Chambre du Roi, et sa fidèle compagne, la reine Genièvre, trouva un asile dans la Chambre de la Reine, dont une entrée secrète était connue d’Arthur seul. Mais l’arrêt de la fée puissante qui le protégeait, et avait présidé à sa naissance, avait ordonné qu’il ne pourrait rendre visite à son épouse qu’après la disparition du soleil derrière la montagne voisine.
Arthur obéit d’abord à cet arrêt sévère mais sa profonde tendresse pour celle qui n’avait pas voulu l’abandonner le lui fit bientôt oublier.
Une fois, et sans attendre le coucher du soleil, il descendit de sa retraite inaccessible, et alla rejoindre Genièvre. Il continua ses visites, mais une punition terrible lui était réservée.
Un jour qu’il venait de quitter sa compagne et traversait le ravin, un bruit inusité vint exciter sa surprise, et le fit se retourner. C’était le torrent grossi, fougueux, menaçant, qu’il vit accourir et se précipiter vers lui, grondant et mugissant. En un instant, l’onde perfide l’entoure de ses flots tumultueux, et monte, monte toujours. Le prince essaie de lutter contre l’irrésistible courant, se débat avec le courage du désespoir contre les étreintes de la mort.
Vains efforts ! Sa dernière heure a sonné ; le torrent entraîne et engloutit dans les profondeurs du gouffre l’amant infortuné. Du seuil de sa grotte, Genièvre a suivi avec une affreuse angoisse les péripéties de la lutte ; elle voit son époux disparaître, elle ne veut pas lui survivre ; et, se précipitant du haut de la roche, va le rejoindre dans l’abîme.
On affirme qu’autrefois, deux corbeaux, aussi blancs que des cygnes, venaient planer lentement et mélancoliquement chaque jour au dessus du gouffre, tombeau des deux amants. Leur aire était établi dans un creux du rocher, et les laboureurs les respectaient, car ils protégeaient les moissons des champs d’alentour contre les oiseaux du ciel.
Un soir, ils prirent leur volée vers l’horizon lointain, disparurent, et depuis nul ne les a revus. On raconte encore qu’au bon vieux temps, celui qui ne pouvait suffire à ses labours, allait demander aide sur le bord de la fosse Arthour, en ayant soin d’y déposer une piécette blanche.
Le lendemain matin, il voyait sortir de l’eau deux taureaux noirs qu’il emmenait, et qui se montraient infatigables au travail durant la journée toute entière. Il fallait les ramener au bord de la fosse à la tombée de la nuit, et ne pas oublier de leur attacher une botte de foin entre les cornes. Arrivés au bord de l’eau ils prenaient leur élan, et plongeant, regagnaient leur humide demeure.

Retourner à l’index des légendes


J’ai souvent visité Carrouges (Orne). Cette petite ville, qui est la dernière de la Normandie, est située sur le sommet d’une belle colline, au pied de laquelle, à peu de distance, existe un château légendaire bien connu.
Ce manoir fut construit par le comte Ralph qui avait épousé la comtesse Louise de la Motte, jeune personne du voisinage, douée de toutes les qualités de l’esprit et du corps. Six années s’étaient déjà écoulées et leur union était toujours restée stérile.
Aussi quelle fut la joie du comte quand son épouse lui apprit qu’elle serait bientôt mère.
Ralph au comble du bonheur invita tous ses vassaux et ses voisins à célébrer l’heureuse naissance de l’enfant que la comtesse allait lui donner. Les réjouissances durèrent douze jours, et, comme c’était la coutume, la chasse fut le principal plaisir auquel on se livra.
Par une belle matinée d’été, on vit les portes du château s’ouvrir devant les varlets et la meute impatiente. Bientôt les Seigneurs éperonnant leurs coursiers disparurent dans la forêt voisine à la poursuite du cerf. Toute la journée les échos des vallons répétèrent alternativement les joyeuses fanfares et les cris animés des chiens.
Déjà le soleil commençait à refuser sa lumière et les veneurs se rendaient au château ; le comte seul, emporté par une bouillante ardeur, s’était égaré dans les épaisses futaies. Après avoir parcouru dans divers sens les allées de la forêt, il arriva enfin près d’une clairière.
C’est une petite vallée bien sauvage et bien fraîche qui semble complètement isolée du reste du monde. Figurez-vous un ravin d’un quart de lieue environ d’étendue, renfermé entre deux collines couvertes de magnifiques arbres. Au milieu des deux collines, un ruisseau dont les flots se divisent en mille rameaux et se réunissent en un seul canal, qui va marier ses eaux avec celles d’une fontaine ombragée par un massif de saules, et vous aurez une idée de cette clairière. Il faut aller bien loin avant de découvrir une seule habitation, avant d’apercevoir la fumée d’une chaumière, et si rencontrant un homme de la contrée vous lui demandiez le chemin de cette solitude, c’est à peine s’il pourrait vous indiquer les trois sentiers qui y mènent.
En arrivant dans ces lieux, le comte entendit les sons mélodieux d’une voix humaine, on eut dit une sirène qui attirait le navigateur par la douceur de son chant ; alors il se dirigea à l’endroit d’où partait cette voix et vit au bord de la fontaine une jeune fille vêtue de blanc.
Curieux de connaître cette étrange beauté, qui venait à cette heure enchanter ce séjour, Ralph descend de sa monture et s’avance vers elle. La belle inconnue sembla ne pas s’être aperçue de la présence de ce nouvel hôte, et elle continua de baigner ses pieds dans l’onde transparente.
Le comte, attiré par une force invisible, s’approchait toujours, et quand il fut près d’elle il tomba à genou plongé dans un morne silence. La nymphe de la fontaine se levant alors :
- Jeune étranger, dit-elle, d’où te vient cette témérité d’oser troubler cette solitude, sache qu’on ne vient pas impunément en ce lieu.
Elle tachait de couvrir sous ces paroles menaçantes la joie qui débordait de son cœur. Ralph effrayé lui répondit :
- Déesse de cet aimable séjour, ayez pitié d’un voyageur que la nuit a surpris dans la forêt, soyez sensible au malheur d’un père, d’un époux.
A peine avait il parlé que la jeune nymphe, levant ses beaux yeux, lui sourit gracieusement, et tout à coup commença avec lui une danse fantastique ; plus il dansait plus la danse s’animait ; leurs pieds ne faisaient qu’effleurer le gazon et pliaient à peine les fleurs qui ornent le rivage. Enfin l’infatigable danseuse l’enlevant de terre se précipita avec lui sous les eaux. L’onde s’agita un instant et reprit bien vite son ancienne tranquillité.
Les ombres luttaient encore avec la lumière, quelques rares étoiles brillaient toujours sur l’azur des cieux ; mais déjà l’orient était couvert d’un manteau d’or et de pourpre, lorsque le comte rentra au château. Sur les demandes empressés des Seigneurs, il raconta qu’égaré dans la forêt il avait passé la cabane d’un bûcheron. Comme c’était un évènement fort commun à cette époque, personne n’en fut étonné et les fêtes recommencèrent avec plus d’ardeur.
Mais chaque soir lorsque tout dormait au château, Ralph sortait furtivement et se rendait au séjour enchanteur de la fée.
Il en fut ainsi pendant plusieurs semaines et personne ne le savait. Mais lorsque la comtesse s’aperçut des absences nocturnes de son époux, de graves soupçons vinrent agiter son âme et elle résolut d’épier ses sorties.
Une nuit que le comte avait, comme de coutume, quitté le château, Louise s’élance aussitôt de sa chambre et court sur ses traces. C’était une de ces nuits d’orage qui effraient les campagnes ; un vent violent soufflait du nord et le tonnerre grondait au sein d’une nue sillonnée d’éclairs. Arrivée à la clairière, la comtesse aperçoit son époux exécuter une danse fantastique avec une jeune fille, revêtue d’un long voile blanc, et s’élancer avec elle dans l’onde de la fontaine.
A cette vue la rage s’empare de son cœur et elle retourne au château, bien résolue de venger l’infidélité d’un époux.
Le lendemain, la comtesse se coucha comme de coutume et feignit de savourer un profond sommeil, mais lorsqu’elle vit le comte sortir encore du château, elle saisit un poignard et se dirigea à l’endroit où elle avait vu la belle fée. La nuit était pure et sereine, l’astre du soir se montrait au dessus des arbres apportant avec lui un brise embaumée ; tantôt il suivait sa course azurée, tantôt il reposait sur un groupe de nues.
Parfois on le voyait dans les intervalles des grands hêtres et sa lumière pénétrait dans les plus épais ténèbres. Le ruisseau qui coulait avec un doux murmure, tour à tour disparaissait dans les bois, tour à tour reparaissait brillant des feux qu’il reflétait dans son sein. La jeune nymphe reposait au bord de la fontaine ; tout à coup une goutte de sang jaillit de son sein, une autre la suivit puis une autre, et bientôt sa blanche tunique fut souillée de nombreuses tâches sanglantes.
Après s’être convulsivement débattue sur le gazon, elle s’élança dans l’onde, en faisant entendre un long gémissement et tout entra dans le silence.
Le lendemain on trouva à l’entrée du château le corps du comte étendu sur le sol, un poignard lui traversait le cœur et près de la blessure on vit un petit billet sur lequel étaient écrits ces mots :
- Je suis vengée.
Lorsqu’on voulut annoncer à la comtesse la mort de son époux, on la trouva étendue sur son lit et dévorée par une fièvre ardente ; mais tout à coup ses suivantes reculèrent d’horreur et sortirent précipitamment de la chambre en poussant de grands cris. Louise surprise porte instinctivement la main à sa tête et s’aperçoit qu’une tâche sanglante maculait son front.
Cet incident agita tellement son âme, que deux jours après elle était au bord de la tombe. Ce fut dans ces circonstances qu’elle donna le jour à un bel enfant…
Le fils de la comtesse eut six enfants, et tous portèrent au front ce stigmate de punition. Ce n’était d’abord qu’un petit point rougeâtre, puis vers sept ans ce point s’élargissait et ressemblait enfin à une tâche sanglante.
Cette marque distingua pendant sept générations la postérité de la comtesse. Enfin Radolphe, le dernier des Ralph, n’eut qu’une fille. Sans doute la colère de la fée était apaisée. Aucune trace sanglante ne souilla le front pur de cette enfant.
Si l’on croit la tradition, cette localité aurait reçu le nom de Carrouges, pour rappeler la triste punition qui avait pendant si longtemps affligé l’illustre famille des Ralph, et le mot Carrouge signifierait chair ensanglantée (caro chair, rubra rouge).
Souvent, disent les habitants de Carrouges, nous avons vu la jeune comtesse, ornée d’un voile noir, venir au pied d’un vieux hêtre pleurer son crime ; et si vous interrogez les habitants du voisinage, ils vous diront aussi que, fréquemment, ils ont vu, par une tiède nuit d’été, la belle fée sur le bord de la fontaine, revêtue d’une tunique ensanglantée.

Retourner à l’index des légendes


C’est un charmant pays que celui de Villedieu-les-Bailleul.
Le laboureur y peut semer à coup sûr son grain, le sol y est toujours fécond. Les prairies y sont verdoyantes et épaisses ! Les arbres y deviennent grands et vigoureux, les champs y sont abondants et fertiles. Aussi comme est joyeux l’aspect de ses belles campagnes ! C’est une contrée privilégiée dans la Normandie, si privilégiée pourtant déjà … Il n’y a qu’un lieu qui contraste avec cette nature vivante et vigoureuse, avec cette végétation si riante. Non loin du tertre sur lequel s’élève l’église, s’étend, sur une longueur de quelques centaines de pas, un ravin profondément creusé dans des roches calcinées. On a le cœur serré d’arriver ainsi, sans transition, dans cette solitude ; ce n’est plus la fraîcheur de la plaine, la beauté d’une campagne verte et riche, on a sous les yeux que quelques arbres rachitiques, produits comme à regret par une nature souffrante, quelques buissons de genets et d’épines, ce que Dieu donna à l’homme après sa chute. Le terrain, environné de rochers arides et brunis, n’offre ensuite que de la terre noire comme de la tourbe, des cailloux brûlés du soleil ; au milieu de ce site désolé coule un ruisseau ; mais ce n’est pas, comme ailleurs, une source limpide et joyeuse, celui-là mouille de ses eaux rares et troublé es quelques touffes de jonc desséchées qu’il agite en fuyant. En avançant un peu, on retrouve toujours la désolation et le deuil ; des bruyères et des ronces disputent quelque suc à des pierres au milieu desquelles on découvre une cavité de plusieurs pieds de diamètre. - C’était la retraite du Dragon.
Dans ce temps-là, tout était poésie et surnaturel, il y avait partout des génies et des fées cruelles ou bienfaisantes. Un crime, crime horrible, crime que la plume ne peut redire, que la bouche ne peut prononcer, que l’oreille ne peut entendre, fut commis par un puissant baron du pays de Villedieu. Les petits subissent toujours les fautes des grands…
Il n’y eut plus de danses le soir dans le village, plus de doux propos sur le gazon des taillis, plus de promenades dans les prairies.
Un monstre, hideux et féroce, était venu en punition du crime ; il ravageait le pays, détruisait les moissons ; sa gueule était un gouffre et en sortait de la flamme et de la fumée.
Malheur alors au berger attardé dans la plaine, au laboureur conduisant son attelage, au pâtre gardant le bétail ; malheur ! le serpent dévorait tout !
Dans une telle détresse, les plus sages du village, voyant que les cierges brûlées devant la Madone de l’église, les neuvaines et les messes étaient inutiles, s’en allèrent consulter un devin, homme habile et de grande réputation qui habitait une chaumière isolée.
Plus d’une jeune fille avait tendu la main sous ses yeux clairvoyants, et maint jeune gars lui avait montré son front pour qu’il jugea son avenir. Il avait des secrets qui guérissaient tous les maux, des conseils qui calmaient tous les chagrins ; ses cheveux étaient blancs, sa parole tremblante mais son esprit était sain.
- Vieillards, dit-il aux envoyés, je sais ce qui vous amène. Le mal est terrible, le remède urgent. J’ai travaillé tous ces jours pour savoir le nom de l’enchanteur qui avait envoyé le serpent, je puis maintenant le consulter si vous le voulez, et essayer de le fléchir ; mais c’est un grand et sévère génie, je crains de ne rien obtenir.
Les vieillards se mirent à le prier si instamment qu’il leur dit de revenir sous trois jours, et qu’alors ils auraient la réponse.
Cette réponse était triste, la voici :
- Que chaque mois, à la lune nouvelle, une jeune fille, la plus belle du pays, soit exposée à l’entrée de la vallée des Rochers ; le serpent s’en contentera ; mais si l’on manque une seule fois à acquitter ce tribus, il ne restera plus pierre sur pierre dans le village, ni un arbre debout dans tout le pays.
Les messagers, en revenant au hameau, avaient le front baissé, leur démarche était triste ; on comprit qu’ils apportaient une fâcheuse réponse.
La désolation se répandit bientôt dans toutes les chaumières, les pleurs y éclatèrent, pour la première fois, on vit des jeunes filles se plaindre d’être belles… Les mères (leur cœur est toujours tendre) se prosternaient devant l’autel de Marie, la mère sainte : les vieux pères croisaient leurs mains dans le temple ; mais le ciel était irrité.
Qui caressera nos cheveux blancs, s’écriaient les vieillards ? Qui consolera notre agonie, qui chantera aux veillées, qui déposera des fleurs sur nos tombes ?… Oh ! Qu’avons-nous donc fait pour que le ciel nous livre à ce mauvais génie…
Le nom du dragon se répandit au loin, et l’on vit accourir pour le combattre de preux et nobles chevaliers, mais leurs dames ne revirent plus leurs écharpes… On citait, entre eux, le vaillant seigneur de Rouverai, qui commandait sur les plaines d’Argentan et la riche forêt de Gouffern. Jamais son cœur intrépide n’avait eu soupçon de la peur ; jamais sa poitrine ne s’était soulevée à l’approche d’un danger, les coups que portait son bras ne tombaient jamais à faux.
Lorsqu’il entrait dans une lice de tournoi, tout chevalier baissait sa lance. Mais cette fois, sa taille de géant et sa force prodigieuse lui firent faute, ou plutôt ne servirent à rien ; victime comme ses prédécesseurs, il ne resta de lui qu’un cadavre, dont les ossements blanchis demeurèrent exposés sur le sol, monument de la faiblesse humaine contre la puissance surnaturelle.
Le monstre pourtant devait être vaincu, et des mains plus jeunes en triompheraient.
Entendez-vous résonner, sous les voûtes du vieux castel féodal, les sons harmonieux d’un luth ? Entendez-vous retentir des éclats d’enthousiasme lorsque la voix du jeune ménestrel a terminé chaque strophe de son hymne guerrier ?…
Voyez-vous comme les visages de ces nobles seigneurs sont animés ! Celui-ci, qui met la main sur la poignée de son glaive, c’est le très puissant comte de Pierrefitte. Cet autre, aux longs cheveux noirs qui tombent sur ses épaules, et qui a la figure en feu, il se nomme le baron des Yveteaux. En voici un qui a fait le tour de l’Europe pour combattre pour sa dame. Celui-là a reçu cette balafre du plus redoutable roi d’armes qu’il n’a pas craint d’affronter… Ils sont tous réunis ici pour un tournoi qu’a fait publier, par la Neustrie entière, le seigneur de ce lieu. Mais quel est donc ce jeune chevalier aux cheveux blonds, et dont les yeux sont si beaux ? Il doit être de grand renom que le voilà placé à la droite du maître du château ? Cependant son front est triste, l’écharpe d’amour qui entoure son bras est noir, sa coupe reste pleine, tandis que les autres nobles hommes remplissent bien souvent la leur. C’est pitié, en vérité, de le voir si triste en si joyeuse compagnie ! Il doit avoir à peine vingt années, le duvet de son menton est rare et ses mains sont blanches. Quel chagrin le peut donc torturer ? Ah ! Ne l’avez-vous pas deviner ? C’est lui qui a été fiancé, il y a huit jours, avec Mathilde, la vierge au doux sourire, la voix tendre, au maintien gracieux ! … Et demain c’est le premier jour de la lune nouvelle ; Mathilde est la plus belle des filles de la contrée, le sort l’a maudite !!!
Pauvres jeunes gens ! Il y avait bien de l’avenir pourtant dans leur cœur ! Ils étaient bien beaux pourtant tous les deux !
Ah ! Ne doit-il pas être justement déchiré dans son âme, lorsqu’il songe que ces belles tresses brunes qu’il aimait voir flotter, ces bras arrondis et blancs qu’il devait presser, cette taille de sylphide, ce teint frais et velouté, tout ce trésor qui était à lui, va lui être arraché. Le nid nuptial, ce sera quelques rochers souillés de sang et de limon ; les soupirs d’amour, d’horribles gémissements ; et l’épousé avec ses paroles de joie : un monstre féroce qui déchire et pollue !
Mais quels chants a donc dit le barde ? Tous les chevaliers sont debout, l’épée à la main. Quelle puissance il y a dans ses accents pour les émouvoir si vivement !
- Elle ne mourra pas, s’écrie Francisque, et, saisissant sa lance, il se couvre de sa pesante armure, de ses cuissards de fer, ordonne de harnacher son cheval de caparaçons de bataille et les voilà tous deux, masses de fer, s’avançant contre le repaire du serpent.
- Elle ne mourra pas, ont répété les chevaliers, comprenant leur compagnon, et applaudissant à son généreux dessein.
- Dieu et ma Dame…
Francisque articule ces morts sacramentels, frémissant de colère, d’amour et aussi … de jalousie ! Il aperçoit le monstre, prêt à s’élancer sur lui.
Alors il y eut une lutte horrible entre le dragon et le beau fiancé. Le cheval, intrépide comme son maître, bondissait autour de la bête furieuse, qui, vomissant des tourbillons de fumée et de souffre brûlant, cherchait à les enlacer de ses mille nœuds mortels. La lance souple et solide de Francisque lui porte plusieurs coups, elle entre sous la gorge.
- Oh ! Le dévouement de l’amour aura sa récompense ! Voyez, le dragon est étendu sur le flanc, il palpite, son sang noir et bitumineux coule plus fort que les eaux du ruisseau dans lesquelles il se débat.
Vaines espérances ! Comme le chevalier s’avance pour donner le dernier coup, le redoutable reptile profite de la confiance de son adversaire, le renverse avec sa monture, l’étouffe de son souffle infernal et tous trois perdent la vie…
Le guerrier généreux fut ainsi enseveli dans ses drapeaux.
L’écho du ravin redit le dernier nom que prononça sa bouche ; ce nom était : Mathilde !
On rapporta avec respect les restes sanglants du jeune héros, un long cortège défila dans le cimetière et la terre se referma. Mais le lendemain, le glas retentit encore pesamment dans le clocher ; il y eut encore des prières pour les morts… Le ciel avait eu pitié de Mathilde, il avait repris son âme pour achever dans le ciel l’union fiancée sur la terre.

Retourner à l’index des légendes


Un domestique que le sieur Mathieu Le Bailly de la Motte, personnage protestant, avait eu pendant quelque temps à son service et qui avait quitté sa maison on ne sait pourquoi, connaissait non seulement la position de fortune de son ancien maître, mais encore était très au courant des usages du logis. Cet homme comptait peu sur les moyens de défense des châtelains et avait résolu leur perte dans le but de s’enrichir. Il s’empressa donc d’accepter l’offrande d’une forte somme qu’un aventurier des environs lui offrit pour le guider en vue d’assassiner la famille Le Bailly. Tous deux, aidés de quelques complices, arrivèrent bientôt au château de la Motte pendant les vêpres de Ronfeugeray, le 29 mars 1692.
Ils commencèrent par tuer, sans être aperçus de personne, deux chiens de garde qui auraient pu certainement les déranger dans l’exécution leurs desseins. Bientôt ils frappèrent à la porte du château, Mathieu Le Bailly vint ouvrir, après avoir déplacé une forte solive carrée, arc-boutant la porte d’entrée à l’intérieur et qui s’enfonce encore aujourd’hui dans la muraille aux deux extrémités. Apercevant alors des gens en costume de voyage, le sire de la Motte leur souhaita la bienvenue, les prenant à pareille heure pour des étrangers égarés dans cette contrée.
Un des assassins s’avança et, pour toute réponse, déchargea à bout portant sur M. de la Motte un pistolet qui l’étendit raide mort.
Un fils de la maison, Jean Le Bailly, jeune homme de dix huit ans, s’avance incontinent au secours de son malheureux père ; mais voyant qu’il ne lui restait plus qu’à le venger et à se défendre lui-même, il se disposa à vendre chèrement sa vie. Il courut vers l’âtre du foyer, malgré les profondes blessures qu’il avait déjà reçues, monta sur un siège et essaya de décrocher une arme de fort calibre suspendue au manteau de la cheminée, mais les assassins qui le poursuivaient lui firent lâcher prise et l’achevèrent sans pitié… Alors survint un autre fils de M.. Le Bailly, enfant de douze ans. L’ancien domestique qui guidait les assassins du geste et de la voix, arrêta le bras de l’un d’eux en disant :
- Inutile, cet enfant est muet. Ne craignez pas ses révélations.
Dans le trouble, l’enfant parvint à s’échapper, et, pour se mettre à l’abri du danger de mort qui planait encore sur sa tête, il se réfugia dans le creux du Chêne voisin, qui, depuis cette époque, porte le nom de Chêne au Muet.

Retourner à l’index des légendes

aucun
Olivier

Ecrire un commentaire








Strict Standards: date(): It is not safe to rely on the system's timezone settings. You are *required* to use the date.timezone setting or the date_default_timezone_set() function. In case you used any of those methods and you are still getting this warning, you most likely misspelled the timezone identifier. We selected 'Europe/Berlin' for 'CEST/2.0/DST' instead in /homepages/10/d212871047/htdocs/wp-content/plugins/math-comment-spam-protection/math-comment-spam-protection.classes.php on line 77

Strict Standards: date(): It is not safe to rely on the system's timezone settings. You are *required* to use the date.timezone setting or the date_default_timezone_set() function. In case you used any of those methods and you are still getting this warning, you most likely misspelled the timezone identifier. We selected 'Europe/Berlin' for 'CEST/2.0/DST' instead in /homepages/10/d212871047/htdocs/wp-content/plugins/math-comment-spam-protection/math-comment-spam-protection.classes.php on line 163